Publications > Logiguide CGL > Le Père Noël électronique était-il en retard? (Volume 2 / Numéro 2)

Newsletter Logistique, Transport et Supply Chain
  Pour suivre la publication de nouveaux articles / ressources, inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter FAQ Logistique

Article extrait des Logiguides de GROUPE GCL, cabinet de conseil en logistique.

CGL

Personne ne peut le nier, l’ère du commerce électronique est bel et bien arrivée et ne cesse de prendre de l’ampleur.

À chaque jour, de nouvelles études valident cette tendance et prédisent toutes l’érosion, à plus ou moins court terme, de la part de marché des détaillants en faveur de l’Internet.

Malgré tout l’aspect virtuel de l’interface client, le commerce électronique doit toujours acheminer les produits au consommateur final et cela ne s’avère pas toujours aussi simple qu’un simple « OK » sur votre ordinateur.


De nouveaux joueurs sur l’échiquier

L’Internet révolutionne notre manière de travailler, de penser ou de faire des affaires et les joueurs avec lesquels nous étions habitués à faire affaires ne sont pas tous les mêmes dans l’ère électronique. Ces nouveaux joueurs, qui font souvent fureur dès l’ouverture de leur site transactionnel, sous-estiment l’ampleur de l’organisation logistique à mettre en oeuvre en arrière-scène pour répondre aux attentes des clients. Et ce défi est de taille car les chiffres peuvent être effrayant, pensons aux sites tels Amazon.com, EToy.com, shipper.com, etc.


Structure logistique manquante

Comme nous l’avons mentionné, la majorité des entreprises négligent l’aspect logistique de leur site transactionnel. Tous les sites garantissent des niveaux de service très rapides mais réalisent bien vite qu’il ne s’agit pas uniquement d’avoir un beau site qui est fréquemment visité; il faut une structure logistique sous-jacente pour supporter ses dires.

Des entreprises comme Amazon.com qui se disaient des entreprises virtuelles ont bien vite réalisées qu’il leur fallait mettre sur place des centre de distribution de grande envergure afin de garantir les niveaux de services annoncés. Pour la plupart, ces sites sont construits dans de petites villes près des centres majeurs de tri des compagnies de colis : Memphis, Indianapolis, Louisville,…

En plus des centres de distribution, la fonction de gestion des stocks et de planification de la demande laisse bien souvent les meilleurs gestionnaires sans mots alors que les profils de demande sont inconnus et bien souvent totalement imprévisibles.



Structures existantes en besoin d’ajustements

Nous parlons souvent des nouveaux joueurs sur l’échiquier du commerce électronique tout en ayant tendance à oublier que les entreprises existantes suivent également la tendance et cherchent à s’adapter aux tendances actuelles.

Rapidement, celles-ci se rendent à l’évidence que l’industrie du commerce électronique est tout autre et requiert des changements d’envergure dans leur structure logistique. Bien souvent, les organisations ont des installations conçues pour faire la préparation de grosses commandes destinées à des grossistes et doivent se convertir à un mode de préparation à l’unité vers le consommateur final. D’un mode de préparation où les délais de livraisons pouvaient se calculer en jour, on passe à un environnement où les heures sont comptées.

Des changements d’envergure qui peuvent aller jusqu’à nécessiter la mise sur place de structures logistiques parallèles afin de servir les deux canaux de distribution distincts.


Les défis des transporteurs

Le commerce électronique révolutionne également le monde du transport. Bien que l’adoption du JIT par la plupart des entreprises ait contribué à augmenter le nombre de mouvements tout en réduisant leur taille, l’Internet cause une véritable révolution. En effet, la presque totalité des transactions faites sur l’Internet ne comporte qu’une seule ligne (1 seul produit est commandé à la fois). L’effet est drastique sur l’industrie du transport : le nombre de colis augmente de manière exponentielle et se fait déjà sentir. Les industries de courrier telles Purolator, FedEx, UPS,… qui observaient déjà une croissance impressionnante de leur volume de colis manipulés ont du mal à suffire à la demande. Lors de la dernière période des fêtes, les entreprises de courrier rapide ont été littéralement submergées de colis et n’ont pas réussi à suffire à la demande. Il en est résulté de nombreux retards et le Père Noël électronique a manqué son rendez-vous dans bien des cas.

L’industrie du colis est consciente de la tendance et met actuellement les bouchées doubles pour répondre à la demande. Fort est à parier que ces entreprises occuperont un rôle de plus en plus important dans le monde de l’Internet. Le consommateur réalise cependant que les coûts de transport et de dédouanement sont parfois très élevé et cela ralentit les ardeurs des internautes.


Recours à l’impartition (externalisation)

Nombreuses sont les entreprises qui décident d’avoir recours à des prestataires logistiques pour gérer tous les aspects logistiques de leur commerce : service à la clientèle, entreposage, gestion des stocks, transport… Ces entreprises spécialisées permettent aux nouveaux venus de réduire leurs investissements initiaux et réduire leur niveau de risque tout en ayant accès aux meilleurs services logistiques.

À titre d’exemple eToys et Nintendo ont récemment annoncés l’octroi de contrats à des prestataires logistiques pour gérer la distribution des produits vendus sur l’Internet.


Logisticiens des années 2000 - ACGL: L’ACGL organise un cocktail conférence qui se tiendra le 27 janvier 2000 à l’hôtel Reine Élizabeth à Montréal. Les conférenciers Jacques Roy, Alain Halley et Jean-Pierre Ménard nous entretiendront sur les 10 priorités des logisticiens des années 2000. La soirée débutera par un vin et fromages dès 18h00. Au plaisir de vous y voir nombreux.


Groupe GCL Europe, Conseil logistique

13 avenue René Boylesve
75016 Paris
Internet : www.gclgroup.com


Ressources complémentaires

La Logistique au service du e-commerce

La Logistique au service du e-commerce

45 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2012, soit une progression de 19% par rapport à 2011 (source FEVAD), le secteur du e-commerce français est caractérisé par sa croissance dynamique. Si cet état de grâce ferait pâlir d'envie bien d'autres secteurs d'activités, ses impacts aux niveaux des organisations logistiques sont soulignés par l'ensemble des (nombreux) contributeurs (merci à eux !) que nous avons pu interroger dans le cadre de ce premier dossier thématique consacré à la e-logistique au service du e-commerce.

 
Logiguide GCL

Une stratégie e-logistique qui fonctionne

Tout le monde en parle et cela semble simple. Ce n’est qu’une simple nouvelle approche de catalogue électronique….non. Elle expose les entreprises au plus haut niveau de service qu’elles peuvent donner tout en navigant en eau trouble sans aucune référence. De plus en plus le commerce en ligne prend des proportions importante dans les habitudes de consommations des individus. Cependant cette flexibilité tant attendu du B2C n’est-elle pas le talon d’Achille de cette grande tendance.

 
Logiguide GCL

Logistique et commerce électronique

De moindre importance mais plus médiatisé que le B2B (Business to Business), le B2C va modifier profondément les modes de distribution et de logistique des entreprises. Le particulier ne se déplacera plus, il “ surfera “ et achètera de chez lui. La livraison sera eff e ctuée à domicile. Ainsi, il se retrouve au centre de la chaîne d ’ a p p rovisionnement. Le B2C modifie le sens mais aussi la nature des flux. Ce n’est plus l’acheteur qui se déplace vers le produit mais le contraire.

Logiguide GCL

Faire tourner la e-boutique : attention à la logistique

L’engouement pour le commerce électronique en fait une aventure commerciale très intéressante mais il ne faudrait toutefois pas négliger l’aspect logistique, celui qui permettra aux entreprises de fermer la boucle du service complet.

Contactez notre équipe