Publications > Logiguide CGL > Votre organisation a-t-elle besoin d’un logisticien? (Volume 2 / Numéro 15)

Newsletter Logistique, Transport et Supply Chain
  Pour suivre la publication de nouveaux articles / ressources, inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter FAQ Logistique

Article extrait des Logiguides de GROUPE GCL, cabinet de conseil en logistique.

CGL

Regardez autour de vous…imaginez le cheminement de tous ces articles qui vous entourent et qui font partie de votre quotidien (crayon, papier, lampe, portable, etc.) à partir du moment de leur conception jusqu’à votre bureau.

Si la fonction logistique est définie comme une gestion de mouvement (physique, informatique et monétaire) dans une organisation, il semblerait que les entreprises qui ont « touchées » à ces différents produits dans leurs processus ont probablement à leur service un professionnel de la logistique.

À ce jour, plusieurs entreprises ne réalisent pas l’ampleur de la complexité du mouvement des produits qu’ils fabriquent, modifient, assemblent ou distribuent. Rappelons ici que la fonction dite logistique n’existe que depuis quelques années et que beaucoup de chemin reste à parcourir pour qu’elle soit aussi naturelle pour une entreprise que d’avoir un responsable à la comptabilité, aux finances ou un directeur de la fabrication.


La vision du patron

Imaginez ce que les dirigeants de votre organisation pensent de leurs activités ou des raisons qui les ont poussés à se lancer en affaires. Tout dépendant des origines et de l’évolution de leur entreprise, ils verront cette dernière à travers le filtre qu’ils choisiront de se mettre devant les yeux. Par exemple, si une entreprise vient de passer à travers une période où une rationalisation des opérations s’avérait importante, le conseil d’administration a nommé un bon administrateur avec des bases comptables et sa préoccupation sera de ne pas trop changer la philosophie de l’entreprise tout en rationalisant les coûts. Il va sans dire que la fonction logistique comme elle est en devenir ne prendra pas son envol. Autre exemple : si l’entreprise se voit comme un exploitant d’une importante chaîne de détail, il sera plus important pour elle de mettre toutes ses énergies sur l’ouverture ou l’exploitation de ses magasins plutôt que de s’assurer que la fonction logistique soit à la hauteur du service à la clientèle.

Plusieurs entreprises nomment des présidents selon la demande : aux ventes, lors du lancement de nouveaux produits, à la recherche et au développement, aux finances, etc. Dans un tel contexte, la mise en place d’une fonction logistique pourrait prendre plusieurs années.



La complexité grandissante

Plusieurs entreprises ont compris depuis longtemps que la fonction logistique était incontournable. Wal-Mart, Procter and Gamble et Dell, pour en nommer que quelques-unes, ont non seulement des fonctions logistiques importantes, mais ils les utilisent comme outil stratégique de différenciation.

La complexité grandissante des flux d’informations et des produits dans les réseaux de distribution fait prendre conscience aux gestionnaires qu’une expertise pointue est requise pour la gérer et surtout l’optimiser. Par exemple, la diversité croissante reliée au nombre important de différents produits : autrefois un fabricant de produits de beauté pouvait offrir 100 teintes différentes de rouge à lèvres alors qu’aujourd’hui, certaines entreprises comptent jusqu’à 10 000 teintes. La rotation saisonnière des produits de lingerie occasionne une gestion très complexe d’assignation et de réapprovisionnement des magasins de détail. L’approvisionnement qui autrefois était local est maintenant devenu international, la compétition qui était régionale est maintenant devenue mondiale et la complexité des transactions informatisées occasionne une spécialisation qui dépasse la simple transmission d’une commande.

Ainsi, plusieurs entreprises n’ont d’autre choix que d’instaurer des départements logistiques ayant une connaissance profonde du domaine ou même dans certain cas d’avoir recours à des spécialistes de la logistique en impartition ou en conseil. Cependant, concevoir que la fonction existe n’est que la première étape. La seconde consiste à convaincre tous les dirigeants des départements à déléguer quelques responsabilités afin de mieux les intégrer dans le processus. La troisième étape sera de découvrir le gestionnaire approprié sur qui ont pourra compter pour assurer cette fonction complexe.


La perle rare

En tant que conseiller en logistique et membre de plusieurs associations, il n’est pas exceptionnel de recevoir deux à trois appels téléphoniques par semaine d’entreprises à la recherche de professionnels de la logistique. La complexité grandissante fait en sorte que les organisations ne peuvent plus compter sur leurs ressources internes pour combler ces postes. Cependant, comme ces gestionnaires se raréfient, certaines organisations optent pour des investissements en formation à l’interne. Néanmoins, les universités canadiennes s’orientent vigoureusement vers la mise en place de programmes de formation de base en logistique. Plusieurs programmes existent déjà au niveau collégial et les universités intègrent présentement certaines formations spécialisées dans leurs programmes de génie ou de gestion des opérations.

Le chemin est déjà bien tracé pour certains et la progression de leur entreprise en témoigne. Pour d’autres, la reconnaissance de ce domaine est à admettre et espérons qu’ils le feront avant qu’il ne soit trop tard.


Groupe GCL Europe, Conseil logistique

13 avenue René Boylesve
75016 Paris
Internet : www.gclgroup.com

Contactez notre équipe