Les Dossiers Thématiques> Entrepôt > Entrepôt : les leviers de productivité > Interview de Sébastien Sliski, General Manager Collaborative Supply Chain Solutions chez Zetes

Entrepôts : les leviers de productivité

  INTERVIEW

‘‘Nos solutions de Warehouse Execution System permettent d’ajouter de la performance aux WMS’’ S.SLISKI, Zetes

Sébastien SLISKI, General Manager Collaborative Supply Chain Solutions, ZetesInterview de Sébastien Sliski, General Manager Collaborative Supply Chain Solutions chez Zetes
Réalisée le 21/01/2016 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Entrepôt, les leviers de productivité ».

Quels sont les enjeux actuels auxquels la gestion d’entrepôt est confrontée ?

Le multicanal est un enjeu majeur. Alors qu’auparavant les supply chain étaient séparées, les potentiels de synergies, en particulier au niveau du transport incitent les acteurs de la distribution à consolider leurs flux pour réaliser des économies de coûts. Ils essaient par exemple, de rationaliser l’approvisionnement de leurs magasins en regroupant dans un même entrepôt les activités hyper, super et proxi… Ce qui revient finalement à travailler plus par bassin que par métier.

  Autres contributions

Joseph FELFELI, Acteos
‘‘ On ne peut plus se contenter d’uniquement gérer l’entrepôt, il faut désormais piloter les flux ’’

Alban PERTUISOT, HARDIS Group
‘‘L’entrepôt est un des maillons phares de la différenciation d’une entreprise et de la satisfaction de ses clients ’’

Christian Hubert et Stéphane Brunel, Komoto
‘‘L’entrepôt doit permettre de maximiser la disponibilité des produits à la vente ’’

Différents types de préparation doivent donc désormais cohabiter. Certains flux sont rapides, d’autres plus lents. Cela nécessite d’adapter l’organisation de son entrepôt

Autres enjeux, ceux de la sérialisation et du track & trace qui commencent à impacter les entrepôts.
Nous avons actuellement plusieurs clients qui souhaitent faire du track & trace sur des produits sérialisés pour pouvoir bénéficier d’une visibilité amont et aval, savoir où se trouvent les articles à un instant T, quelle est leur origine, quels sont les numéros de lots fournisseurs, etc.

Les objectifs sont de protéger sa marque, de se différencier et d’assurer le niveau de qualité requis. Cela contribue, pour une marque, à justifier ses niveaux de prix de vente.


Quelles questions se poser pour savoir si sa gestion d’entrepôt est bien optimisée ?

Cela dépend en fait de ce qu'on veut faire.

La première question porte sur la capacité de l’entreprise à analyser ses flux et ses typologies de produits par rapport à des abaques.

Une fois les flux et les typologies de produits bien qualifiés, on peut se poser les questions suivantes :
- quel est le process adapté à mettre en œuvre ?
- quelle est la technologie pertinente pour driver le bon opérateur et capturer l'information ? 

Par exemple aujourd'hui, des technologies comme la reconnaissance vocale sont très utiles pour des typologies de flux avec peu de commandes, mais un nombre élevé de colis ou de lignes.

A contrario, avec des flux du type une ligne par commande, il convient de modéliser différemment le processus. Par exemple, faire du batch picking puis du sorting en fin de préparation.



Sur quels leviers agir pour améliorer sa productivité ?

Le business a désormais une évolutivité très rapide. Il convient donc de mettre en place des solutions agiles et évolutives.

Dans la supply chain, le temps réel devient de plus en plus une réalité.

Prenons l’exemple de la mécanisation. Elle permet de dégager une grande productivité quand on maîtrise ses flux. Cependant, vu les investissements nécessaires, mécaniser revient à figer son modèle de distribution pendant un certain temps.  

De nombreux critères doivent donc être considérés pour une modélisation performante. Chez Zetes, nous sommes partisans de la mise en place de solutions flexibles, semi-automatisées. Il s’agit avant tout d’offrir de l'évolutivité à nos clients. 


Que propose Zetes aux entreprises dans le domaine de la gestion d’entrepôt ? Comment s’articule votre offre par rapport à une solution WMS ?

Nous proposons des solutions de Warehouse Execution System. C'est-à-dire que nous allons intégrer des fonctionnalités avancées sur les WMS ou sur les modules de gestion de stock des ERP.

L’objectif est d’ajouter de la performance aux WMS existants.

Nous sommes donc très complémentaires des éditeurs de WMS, nous n'avons d'ailleurs aucune velléité de développer notre propre WMS.


Quelles sont les fonctionnalités avancées que vous venez d’évoquer ?

Elles sont nombreuses et dépendent bien entendu du contexte. Il peut s’agir de reconnaissance vocale, de tunnels RFID pour agréger les articles sérialisés aux colis, de vision en mouvement, etc.


Qu’est-ce que la vision en mouvement ? Quels en sont les bénéfices ?

La vision en mouvement est à différencier de la vision statique.

Elle permet de lire les chariots en déplacement afin de récupérer les numéros de kanbans ou les numéros de colis. Ainsi, on est sûr qu’une palette donnée contient bien tous les bons colis. Il est alors possible de contrôler en temps réel la bonne exécution des opérations.

C’est particulièrement utile pour les fournisseurs de la grande distribution qui sont traditionnellement confrontés à des problématiques de litiges importantes. La mise en place d’un tel système permet d’amener de la confiance dans la supply chain.


Quelles sont les autres fonctions sur lesquelles vous travaillez actuellement ?

Nous travaillons en ce moment sur le Bluetooth Low Energy (BLE). L’utilisation de puces BLE permet de s’affranchir des opérations de scannage. L’avantage est que la distance est ajustable.

Nous testons également l'utilisation de smart watch pour envoyer des tâches aux opérateurs et récupérer de l’information. Elles permettent de créer de l’interactivité et sont en particulier adaptées à de très gros entrepôts.

De manière générale, le choix de nouvelles fonctions à mettre en place dépend du contexte. Nous les présentons à nos clients, s’ils sont intéressés nous leur adressons un POC (Proof Of Concept), prenant en compte les personnes, le process, le flux et la technologie.


À quelle étape du projet êtes-vous sollicités ? Un WMS est-il généralement déjà en place ?

Plusieurs cas sont possibles.

Il est fréquent qu’un client souhaitant obtenir de la performance et adapter son outil aux évolutions de son métier, décide de ne pas procéder à un upgrade de l’ancienne version de son WMS. Il a en effet conscience qu’il peut s’agir d’un projet très long et coûteux.

Il va alors nous solliciter pour que nous puissions mettre de l'intelligence et de la restitution d’informations dans le système actuel.

Quand vous avez 60 entrepôts et que vous voulez faire une montée de version de votre WMS, il faut généralement compter deux ans. Le business lui, ne peut pas attendre aussi longtemps pour utiliser une fonction dont il a un besoin immédiat. Avec nos solutions, à partir du moment où le WMS a des points d'entrée et de sortie, c’est beaucoup plus rapide. Par exemple, nous sommes en mesure de mettre en place en 15 jours un projet de reconnaissance vocale pour un WMS avec lequel nous avons déjà les interfaces.

Les technologies sont liées à des processus et des types de flux. Nous avons déjà développé de nombreux scénarios standards. À partir du moment où le client a une vision claire de son besoin adaptée à son type de flux, cela va très vite. Finalement, c’est la conduite du changement qui prend le plus de temps.

Il y a aussi le cadre des modèles SaaS dans lesquels nous pouvons intégrer au WMS des fonctionnalités avec des interactions temps réel et hardware.

Nous pouvons également venir en extension de l'ERP (SAP, SAGE, etc.) dans l'entrepôt. Nous créons des fonctions de mobilité liées à un ERP dont le cœur de métier n’est pas de générer de la performance dans l’entrepôt.

Ce sont souvent les opérationnels qui souhaitent ajouter des add-ons à leur ERP. Ils ont conscience des possibilités d’évolutivité que nous pouvons leur offrir. Ils comprennent que nous pourrons répondre vraiment à leurs processus beaucoup plus rapidement que s’ils rentrent dans un mode full ERP.

En effet, demander au siège d’apporter une modification à l’ERP existant, implique généralement de devoir attendre plusieurs mois pour que celle-ci soit priorisée puis appliquée.

Souvent, nos sponsors ne sont donc pas les maisons mères, mais plutôt les opérationnels qui recherchent de la performance.


Comment s’articule votre offre par rapport à celle de fournisseurs de solutions de manutention ?

Nous sommes des partenaires complémentaires des acteurs de la mécanisation, la robotisation ou l’automatisation des entrepôts logistiques et travaillons en parfaite collaboration avec eux. Nous venons en complément de gamme par rapport à ce qu'ils font. Il peut s’agir de rajouter des terminaux, de mettre en place du WiFi ou de la reconnaissance vocale sur des chariots AGV, de fournir des machines d’impression-pose automatique d’étiquettes, etc.

Nous sommes donc très complémentaires. Notre périmètre d’intervention concerne des fonctionnalités qui ne sont pas dans leur cœur de métier.

Par exemple, pour un client espagnol, nous avons mis en place de la reconnaissance vocale sur des sorties d'entrepôts automatisées. Les entrepôts mécanisés sont en effet souvent confrontés au fait qu’une même sortie est utilisée pour plusieurs clients, ce qui est source d’erreurs. Le risque est que l'opérateur prenne le colis et le mette sur la mauvaise palette. C'est à ce niveau que nos solutions peuvent venir interagir avec ce type de systèmes.


Quelles typologies de clients adressez-vous ?

Nous adressons tous types de clients industriels et retailers (Food, FMCG*, industrie lourde, grande distribution, etc.).

Au niveau géographique, nous intervenons sur toute l’Europe jusqu'en Israël ainsi qu’au Maghreb et au sud de l’Afrique (Afrique du Sud, Bostwana, Nigeria, Mozambique, Angola, etc.). 

* Fast-moving consumer goods


Bio Express

Depuis 2015, Sébastien Sliski est General Manager de la suite Supply Chain Collaborative de Zetes. Cette suite permet une visibilité dans la Supply Chain et une capacité Track & Trace en offrant des solutions de Supply Chain Execution et une couche collaborative pour restituer l’information.

Il était auparavant Country Manager de Zetes France remplissant plusieurs rôles transverses pour Zetes.
 
Sébastien Sliski a plus de 15 ans d'expérience dans la gestion des applications Supply Chain dans des environnements internationaux.

Avant de rejoindre Zetes, il était responsable des applications logistiques et de la gestion de projets à un niveau corporate d’un groupe français de retail.
Sébastien Sliski est titulaire d’un diplôme d’un Master 2 en gestion de projets logistiques obtenu dans l’Université Panthéon Assas.

Site Internet de Zetes : http://www.zetes.fr/


Contactez notre équipe