Glossaire > Définition Rupture de Charge

Rupture de charge

(Offloading) : Déchargement / Chargement de la marchandise d’un véhicule sur un autre.


Articles connexes



Comparaison des modes de transport routier, ferroviaire et maritime : avantages et inconvénients de chaque modes de transport
   
Le ferroutage : intérêts, limites et perspectives  : les raisons de l’engouement autour du ferroutage se fondent d’abord sur la nécessité de lutter contre le développement excessif du transport routier, puis sur les atouts propres au ferroutage
   
Le transport combiné: intérêts et limites  : le principe du transport combiné est de méler différents modes de transport, le principal type de transport combiné étant le ferroutage


Ressources également disponibles



Les aides au transport combiné
La Direction Générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer (DGITM) du Ministère des Transports (MEEDDAT)
• Aide à l’exploitation de services réguliers de transport combiné. Programme quadriennal (2008-2012) doté de 30 à 40M€, il vise à aider les opérateurs de transport combiné dans l’exploitation d’un service régulier, afin d’améliorer provisoirement l’attractivité du transport combiné et compenser le surcoût dû à la rupture de charge. L'aide est octroyée après un appel à manifestation d’intérêt et la signature d’une convention d’engagement entre le bénéficiaire et le Ministère.
Des aides régionales sont aussi susceptibles d’être octroyées par les acteurs locaux (Région…).

       

DDS Logistics renforce les peformances de ses TMS
À chaque rupture de charge, le système est renseigné, ce qui permet de suivre de bout en bout une expédition. La marchandise est géolocalisée en temps réel. Le chargeur a accès aux informations concernant le pavillon du bateau, le type de navire, son état (s’il est amarré au port ou en mer), sa vitesse/trajet, sa destination. Cette traçabilité accrue permettra entre autres de mieux anticiper la réception des marchandises.

       

FM Logistic pilote deux pools : agroalimentaire et cosmétique
« Nous obtenons une meilleure régularité des flux et nous enregistrons une réduction de 50 % du nombre de camions se présentant en réception sur les points de livraison, soit 300 000 km en moins, ce qui contribue à la réduction des émissions de CO2. Cette contribution mesurée sur 6 entrepôts pilotes était de 241 t au cours de l’année 2008 », conclut Caroline Sellier. Pour y parvenir, il a bien entendu fallu travailler sur l’optimisation du taux de remplissage des camions. « La GMA que nous avons mise en place limite au maximum le multipick, donc les ruptures de charge ».

Contactez notre équipe