Les Dossiers Thématiques > Traçabilité : outils et bonnes pratiques > Franck ZULIAN, PDG de STACKR

Traçabilité: outils et bonnes pratiques

  INTERVIEW

‘‘La traçabilité des actifs logistiques génère un véritable avantage concurrentiel’’ F. ZULIAN, STACKR

Franck ZULIANInterview de Franck ZULIAN, PDG de STACKR.

Réalisée le 08/12/2016 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Traçabilité : outils et bonnes pratiques ».


Présentez-nous l’offre de STACKR en termes de traçabilité.

Nous associons plateformes d’analyse des données et objets connectés. Les informations collectées par nos capteurs sont déversées dans nos moteurs afin d’identifier des anomalies de fonctionnement que nous restituons aux clients dans les domaines de l'Asset management, du développement commercial et de la sécurité.

  Autres contributions

Sébastien SLISKI, Zetes
‘‘ Faire converger traçabilité et visibilité supply chain ’’

Jérôme GABALDE, Transporeon
‘‘ Tracer la performance en temps réel permet de mettre en place les actions correctives instantanément ’’

Hélène KERJEAN, Akanea
‘‘ Le collaboratif comme garant de la traçabilité ’’

Carmen NEIRA, FAQ Logistique Conseil
‘‘ Dépasser le simple respect d’une contrainte réglementaire pour bénéficier d’une visibilité accrue sur sa supply chain ’’

Notre savoir-faire est donc de proposer une solution dans sa globalité couplant software et hardware. Notre offre est large et  regroupe 17 fonctionnalités .


Qui sont vos clients ?

Nous adressons 4 marchés :

  • La distribution
  • Les centres commerciaux
  • L’industrie et la logistique
  • Les collectivités

La société compte 200 clients répartis dans une centaine de pays.

Nos références sont quasiment exclusivement des grands comptes. Je peux par exemple vous citer : Bombardier, Eurotunnel, Easydis, XPO, Scapest (Leclerc), Intermarché, ID Logistics, FM Logistic, etc.

Au niveau logistique, nous équipons aujourd’hui 39 plateformes.



Justement, quel type de traçabilité proposez-vous au secteur logistique ?

Notre savoir-faire ne concerne pas la traçabilité du produit, mais celle des moyens. Nos systèmes se focalisent en particulier sur deux domaines :

  • Le suivi des véhicules : nous traçons ainsi 20.000 camions / jour en automatique sur les plateformes logistiques de nos clients
  • Le suivi des actifs logistiques (emballages et outils) utilisés sur sites : 10 à 12 millions de données sont ainsi traitées quotidiennement.

Racks Vinci


Le contrôle d’accès automatisé des véhicules

Tracer l’accès des véhicules permet à la fois de sécuriser les sites et d’optimiser les opérations.

Nous sommes partis du constat que l'Homme était la première cause de failles dans la sûreté d'accès aux sites, en particulier parce qu’il est soumis aux habitudes et que celles-ci sont sources d’erreurs.

Suite à un appel à projets de Casino, nous avons développé une solution permettant de garantir l’accès de l'ensemble des véhicules qui arrivent sur le site en automatique sans intervention humaine. Le système assure une prise en compte totale des consignes de sécurité dans la langue du chauffeur.

Il permet également de profiter d’autres bénéfices :

  • Réduction des litiges, grâce au système de stockage probant. L'exploitant par la simple saisie de l'immatriculation pourra consulter les images du camion en entrée et en sortie de site. Cela lui permettra par exemple de contredire un transporteur lui imputant une avarie sur son véhicule.
  • Simplification de la facturation. En mesurant et en pesant en temps réel, il devient possible de facturer à l'usage et non plus à la déclaration. Cela prend en particulier tout son sens pour nos clients opérateurs portuaires pour lesquels la facturation du camion est proportionnelle à son volume et plus spécifiquement à sa hauteur (problématiques de planchers des bateaux).
  • Optimisation de la production. L’accueil digitalisé des chauffeurs permet de rapprocher la théorie des rendez-vous avec la pratique de l'entrepôt et de ne faire rentrer les véhicules qu'au moment souhaité par l’exploitation, quand les équipes sont prêtes. L'objectif de nos clients est ainsi de réduire les plages horaires d'exploitation de leur entrepôt par une meilleure gestion des flux camion en entrée et en sortie de site. Cela permet ainsi de diminuer la masse salariale et de fluidifier la production du site. C’est un projet que nous avons développé il y a 5 ans pour Casino et que nous appliquons aujourd’hui à nombre de sociétés : distributeurs, industriels et logisticiens, pour leurs entrepôts, mais aussi pour leurs usines.
Ainsi, au-delà de l’angle sécuritaire, notre solution amène une valeur ajoutée de production et génère un véritable avantage concurrentiel.


Le suivi des actifs logistiques et des machines de production

Je l’ai évoqué en début d’entretien, notre savoir-faire concerne non pas la traçabilité des produits, mais celle des actifs, des outils nécessaires aux logisticiens (les machines et les supports de manutention).

En utilisant des tags LoRa (Long Range), nous sommes en mesure de tracer les actifs de nos clients : de suivre leurs parcours, de les inventorier en temps réel, d’en mesurer le taux d’occupation et de rationaliser les parcs. En d’autres termes le système STACKR permet de répondre aux questions suivantes : ai-je suffisamment de machines ? En ai-je trop ? Si c’est le cas, de combien puis-je me séparer ?

En utilisant des tags LoRa (Long Range), nous sommes en mesure de tracer les actifs de nos clientsLa réponse à ces questions permet de proposer à nos clients une rationalisation de leurs parcs de manière très factuelle et mesurée. L'objectif est d'amener les taux à des niveaux qui optimisent les charges d'exploitation. 

Nous avons par exemple équipé les chariots élévateurs de Casino, avec pour objectif d’économiser 10 à 15% des charges d'exploitation.

Appliqué aux supports de manutention, notre système permet de faire prendre conscience à notre client que ses emballages ne servent que pour deux livraisons par mois alors même qu’un trajet moyen n’est que de 24 heures, ce qui est au final très coûteux.

Dans le secteur industriel, il s’agit de réduire de 30% les investissements en supports de manutention sur un total de 2 milliards d'euros. Les potentiels de gains sont donc colossaux.

Cette solution s’applique aussi sur les actifs de production par exemple chez Renault Nissan. Le groupe dispose de 1,2 million de machines de production, ce qui représente 21 milliards d'euros d’actifs (12 Milliards en valeur nette comptable). Inventorier ces machines nécessite le recours à 15.000 jours-hommes et il faut 3 ans pour réaliser l’opération. Notre solution substitue à ces inventaires manuels des inventaires en automatique, qui sont en outre beaucoup plus justes puisqu’ils prennent une photo du parc à un instant T.


Comment votre système fonctionne-t-il ?

Nous avons développé une gamme de smart tags RFID actifs utilisant la technologie LoRa. De petite taille, ils sont positionnés sur les machines, les chariots ou les emballages.

Dotés d’autonomies très grandes, ils transmettent leurs informations à une fréquence déterminée. Par exemple toutes les quatre heures pendant une dizaine d’années sans avoir à changer de batterie. La technologie est bien moins consommatrice que le Bluetooth.

StackrLa technologie LoRa est portée par les principaux opérateurs de téléphonie mondiaux. Dédiée aux objets connectés, elle tend à devenir la norme en la matière. En France, Bouygues Telecom et Orange font partie de la LoRa alliance. Le but est d'équiper le monde entier d'un réseau bas débit à faible consommation énergétique permettant de remonter les informations.

Nous concevons ces tags et les complétons de balises de localisation afin d'identifier les parcours et lieux de stockage, mais également de proposer des fonctions complémentaires du type analyse de la température dans une perspective plus réglementaire.

La phase de test a été franchie. Nous en sommes au déploiement à des échelles industrielles avec des milliers d’objets à tracer sur chaque site. Nous faisons ainsi nombre de POC multisites et multipays. Citons par exemple :

  • Un POC sur 4 usines de Renault Nissan situées en France et Angleterre dans le domaine de la gestion des emballages. Des discussions sont également en cours avec d'autres constructeurs automobiles.
  • D’autres POC sont envisagés dans le BTP avec des acteurs comme Vinci Construction et Léon Grosse. Leurs problématiques sont proches de celles des logisticiens. Il s’agit d'envoyer des banches et divers outils sur les chantiers, de tracer leurs usages et d’identifier d’une part les chantiers sur lesquels ils sont trop nombreux et d’autre part ceux en ayant besoin pour enclencher des transferts et ainsi éviter d’avoir à louer des équipements déjà disponibles dans la société. 

Comment s’articule votre plate-forme d’analyse de données ?

Avant d’en faire un usage métier les données passent par 2 modules :

  • STACKR Hub
  • STACKR Intelligence

STACKR Hub

Indépendamment des capteurs, l’information est collectée soit par l’intermédiaire des opérateurs télécoms soit à travers notre propre infrastructure avec une installation OTT (over the top).

Nous nous appuyons également sur le système d'informations de notre client (WMS, TMS, etc.) pour récupérer des millions de données par jour qui seront ensuite traitées sur notre plateforme.


STACKR Intelligence

Ce module regroupe 2 familles de traitement
- On va d’abord rendre la donnée exploitable par des systèmes de correction : avant de restituer l’information au client, il convient de s’assurer de la pertinence et de l’exhaustivité des données collectées. L’objectif est bien entendu d’être informé au plus tôt pour corriger l’anomalie le plus rapidement possible, en particulier pour lutter contre les ruptures de production.

C’est ce que nous faisons à travers :

  • La création de données extrapolées par des moteurs intelligents : Quand une information ne remonte plus d'un capteur, nous la diagnostiquons et la corrigeons. Avec le recul, nous avons pu constater que les capteurs sont fonctionnels 98% du temps. Néanmoins, pour une exploitation performante, il faut pouvoir aller au-delà. Nous avons ainsi développé une intelligence pour garantir au client un taux minimum de disponibilité de la mesure de chaque capteur à hauteur de 99,5%
  • Une deuxième couche de corrections s’applique pour le traçage des objets à travers une plateforme de modélisation de la donnée. Prenons l’exemple d'un emballage qui arrive sur un site dont le récepteur d'entrée est en panne. L’emballage n’a donc pas pu être identifié lorsqu’il pénètre sur le site. Par contre, à partir du moment où il est identifié en phase de production, nous sommes en mesure de corriger les données, de reconstituer son parcours et de remonter l'information sur son entrée.

Asset insight- On va ensuite réduire et rendre la donnée diffusable et exploitable. L’objectif est de piloter uniquement les alertes de fonctionnement, c’est-à-dire celles correspondant à un dysfonctionnement répété. Ceci de manière très visuelle et accessible depuis tous types d’écrans. Il s’agit avant tout de ne pas noyer le client sous des millions de données qu'il serait en incapacité de traiter.

Ainsi, ces données d’abord corrigées puis réduites sont ensuite déversées dans une des 3 solutions Métiers :  Asset insight, Commercial Insight et Security Insight de STACKR.


Bio Express :

Franck ZULIAN est fondateur et président de STACKR. Ingénieur Arts et Métiers, il crée à la sortie de l’École une première structure dans le conseil puis deux autres intervenant principalement dans l'asset management (dans la distribution et dans la logistique).

Les liens entre les différents marchés adressés étant de plus en plus évidents, ces 3 structures ont fusionné sous le nom de STACKR en mai 2016.

Site Internet de STACKR : www.stackr-group.com


Contactez notre équipe