Notions > Enjeux Actuels > Supply Chain > Etude : La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité

Gala du Supply Chain Management 2013Une étude basée sur un nombre significatif de réponses
Etude réalisée par Accenture pour le compte de l'Agora du Supply Chain Management
Jeudi 27 juin 2013

166 acteurs clés de la Supply Chain sollicités ont répondu à notre questionnaire sur l'évolution et les enjeux de la Supply Chain


Profil des participants à l'étude Supply Chain

Les défis auxquels la supply chain est confrontée continuent d'évoluer de manière significative. Dans un marché toujours plus volatil, façonné par le multicanal et la digitalisation des échanges, les entreprises attendent de leur supply chain une contribution accrue à l'atteinte de leurs objectifs majeurs. Une perception émerge : les directions générales considèrent de plus en plus la supply chain comme un facteur clé de compétitivité. Et ce glissement stratégique s'accompagne d'exigences plus fortes à son égard. Afin de mieux identifier ces enjeux pour les entreprises et pour la fonction supply chain, l'Agora du Supply Chain Management a mené avec Accenture une étude spécifique « La supply chain comme facteur clé de compétitivité ».


Au sujet de l'étude

Réalisée par Accenture pour le compte de l'Agora du Supply Chain Management auprès de 166 de ses membres, au 1er semestre 2013, cette étude se base sur un questionnaire de neuf questions sur l'évolution et les enjeux de la supply chain auprès de différentes tailles et secteurs d'entreprises.


Synthèse des messages clés

  1. Les principaux défis des supply chains? Nouvelles attentes des clients, sécuriser les marchés actuels, le multicanal et la volatilité
  2. Les défis futurs? l'environnemental, les nouveaux marchés... et toujours le multicanal
  3. La supply chain est clairement vue par les Directions Générales comme un facteur clé de compétitivité... la perception en tant que « fonction support » a presque disparu pour les grands groupes
  4. Ce qui s'accompagne d'exigences plus fortes de la part des Directions Générales en termes de performances et de sa visibilité...
  5. ...avec des indicateurs classiques (coûts, stocks, niveaux de service, délais) et la flexibilité qui est devenu un axe majeur
  6. Les techniques d'amélioration différent en fonction de la taille de l'entreprise: les grands groupes privilégient les programmes de transformation
  7. Les leviers principaux d'amélioration: l'excellence opérationnelle, la visibilité transverse et l'amélioration de la flexibilité des opérations
  8. Les entreprises symbolisant le mieux la supply chain comme facteur clé de compétitivité : Amazon et... Danone

L'étude apporte aux directions générales et Supply Chain en particulier des enseignements précieux sur l'évolution des attentes et la nature des enjeux que la fonction doit relever, en pointant des axes d'amélioration précis.

  1. La supply chain est clairement perçue comme un facteur clé de compétitivité, ce qui s'accompagne d'exigences plus fortes de la part des directions générales.

C'est sans doute le principal enseignement de cette étude : la perception de la supply chain en tant que simple fonction support est devenue marginale. La supply chain est clairement considérée comme un vecteur de compétitivité par les directions des entreprises. Cette perception renforce ainsi les attentes des directions générales en termes de niveau et de suivi de la performance notamment.

  1. Les directeurs Supply Chain doivent relever des défis toujours plus élevés.

Les défis auxquels les directeurs Supply Chain doivent faire face se multiplient. Attentes nouvelles de la part des clients, transformation de la distribution (avec un fort développement du multicanal), volatilité du prix des matières premières, exigences environnementales émergentes... À ces défis s'ajoutent les exigences des directions générales.

En considérant la supply chain comme un facteur majeur de compétitivité, celles-ci accordent une importance accrue aux performances de l'organisation supply chain sur des aspects « classiques » de réduction des coûts logistiques, d'amélioration du niveau de service et de réduction des stocks mais aussi — évolution récente — de flexibilité et de réactivité de cette organisation.

  1. Des axes d'amélioration se dégagent.

Face à cette pression qui augmente de la part des directions générales et des clients, l'étude identifie les principaux leviers de progrès. Outre la plus forte flexibilité des opérations, l'excellence opérationnelle est vue comme le levier majeur, ainsi que les aspects planification des opérations (S&OP) et la visibilité transverse sur la supply chain pour la majorité des secteurs industriels.



Les principaux défis des supply chains ? Nouvelles attentes des clients, sécuriser les marchés actuels, le multicanal et la volatilité

Les principaux défis des Supply Chains

PRINCIPAL DÉFI DES SUPPLY CHAINS : SAVOIR RÉPONDRE AUX NOUVELLES ATTENTES DES CLIENTS



Dans leur quasi-totalité, les principaux facteurs évoqués par les répondants correspondent aux bouleversements en cours dans le monde de la supply chain. Nouvelles attentes des clients, mutation des canaux de distribution, volatilité croissante du marché... Autant de facteurs qui montrent un contexte en mouvement, face auquel la nécessité de s'adapter est capitale.

Derrière le premier défi cité, « Répondre aux nouvelles attentes des clients », il faut percevoir tous les enjeux ici sous-tendus. Outre la flexibilité et la réactivité des opérations, les donneurs d'ordre attendent désormais de la supply chain qu'elle offre le même niveau de service et d'interaction en mode B to B qu'en B to C. Autre attente forte, leur objectif de réduction des coûts passe aujourd'hui par la recherche de business models et de partenariats à caractère innovant. Enfin, il faut gérer le paradoxe de clients demandant à la supply chain un niveau de service élevé, alors qu'ils ne disposent eux-mêmes que d'une visibilité toujours plus réduite sur leur activité future...

En revanche, contrairement au bruit médiatique autour des impératifs environnementaux, en particulier du green supply, l'étude révèle que ce sujet n'est considéré aujourd'hui comme une contrainte majeure que par un quart des répondants, à la 8ème place des défis à relever. Sur le moyen- terme cependant, il est attendu que ce sujet devienne significatif.

La supply chain est clairement vue par les Directions Générales comme un facteur clé de compétitivité

La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité



LES DIRECTIONS GÉNÉRALES PERÇOIVENT LA SUPPLY CHAIN COMME UN FACTEUR CLE DE COMPÉTITIVITÉ



C'est probablement l'un des enseignements les plus précieux de cette étude. Les directions générales perçoivent avant tout la fonction supply chain comme un facteur clé de compétitivité pour leur entreprise.
Ainsi, la supply chain est perçue comme une fonction qui se place au service de la croissance de l'entreprise et de l'amélioration de ses marges, pas uniquement pour assurer la disponibilité des produits au coût le plus bas possible.
Dans un monde toujours plus concurrentiel, la performance de la supply chain apporte un atout fondamental de différenciation et crée de la valeur, en particulier en sécurisant la mise à disposition de nouveaux produits sur le marché à un rythme toujours plus soutenu, ainsi qu'en optimisant les flux de liquidités et d'investissement.

La perception de la Supply Chain en tant que « fonction support » a presque disparu pour les grands groupes

La Supply Chain n'est plus une fonction support


LA SUPPLY CHAIN N'EST (PRESQUE) PLUS PERÇUE COMME UNE SIMPLE FONCTION SUPPORT


La perception qu'ont les directions générales de la fonction évolue clairement, avec toutefois des différences selon la taille de l'entreprise. Ainsi, pour les grands groupes (CA supérieur à 5 Mrd €), il ne fait plus aucun doute que la supply chain, perçue par moins de 6% de celles-ci comme une simple fonction support, participe de la compétitivité globale de l'entreprise.

Cette perception est moindre pour les groupes dont le chiffre d'affaires est compris entre 5 Md € et 500 M€. A noter : pour les entreprises au CA inférieur à 500 M€, l'idée que la supply chain est un service support aux activités commerciales remonte en 2ème position. Cette différence de perception tient probablement à la plus grande maturité de la part des grandes organisations de ce que la fonction supply chain peut apporter.

Considérer la Supply Chain comme un facteur clé de compétitivité s'accompagne d'exigences plus fortes des Directions Générales

Exigences en Supply Chain par les Directions Générales


LES EXIGENCES DES DIRECTIONS GENERALES VIS-A-VIS DE LA SUPPLY CHAIN ONT SIGNIFICATIVEMENT AUGMENTE


La réponse est claire et nette : pour 73 % des personnes interrogées, la prise en compte de la supply chain comme facteur de compétitivité s'accompagne de façon significative d'exigences plus fortes de la part des directions générales. Cette proportion est à peu près stable selon les secteurs d'activité. À noter toutefois qu'elle s'élève à près de 80 % pour le secteur de la distribution.

Les Directions Générales sont particulièrement attentives aux coûts logistiques, niveaux de stocks et niveaux de service Client


Critères clés Supply Chain pour les Directions Générales


LES DIRECTIONS GENERALES ATTENTIVES A DIFFERENTS CRITERES, DONT L'AUGMENTATION DE LA FLEXIBILITE


L'augmentation des exigences vis-à-vis de la supply chain génère de nombreuses conséquences concrètes. Cela signifie que les directions générales suivent plus intensément le niveau de performance de leur supply chain.
À la clé, elles souhaitent disposer de tableaux de bord et de reportings plus fréquents sur les performances obtenues. Les quatre premiers indicateurs qui sont évoqués pour ce suivi demeurent relativement classiques (réduction des coûts logistiques, optimisation des niveaux de stocks, augmentation du service au client, amélioration de la disponibilité des produits).
En revanche, le 5ème indicateur (augmentation de la flexibilité) dénote une impulsion nouvelle. Ce critère de suivi se range donc désormais parmi les tous premiers indicateurs des performances de la supply chain.

L'amélioration continue et les programmes de transformation (pour les entreprises de taille plus importante) sont les principales démarches de progrès de la Supply Chain

L'amélioration continue en Supply Chain


Les entreprises de grande taille privilégient principalement les programmes de transformation comme levier de transformation quand celles de taille moyenne ou plus petite se focalisent sur l'amélioration continue Le peu de projets ciblés suggère une volonté de ne pas transformer des aspects ponctuels de la supply chain mais d'en privilégier une vision plus intégrée.



PRINCIPALES DEMARCHES DE PROGRES : L'AMELIORATION CONTINUE ET LES PROGRAMMES DE TRANSFORMATION (POUR LES ENTREPRISES DE TAILLE PLUS IMPORTANTE)

Les leviers d'amélioration de la performance diffèrent sensiblement selon la taille de l'entreprise. Ainsi, les sociétés de grande taille privilégient principalement les programmes de transformation, alors que celles de taille moyenne ou petite se focalisent sur l'amélioration continue. Le peu de projets ciblés suggère une volonté de ne pas transformer des aspects ponctuels de la supply chain mais plutôt d'en privilégier une vision plus intégrée. Cela s'explique en grande partie par le niveau élevé d'interdépendance des différents sujets à traiter (planning, réseaux logistiques... ).

Les démarches de progrès se concentrent sur l'excellence opérationnelle, la visibilité transverse et la flexibilité

Points clés de la démarche de progrès Supply Chain


TROIS AXES D'AMELIORATION DOMINENT : EXCELLENCE OPERATIONNELLE, VISIBILITE TRANSVERSE SUR LA SUPPLY CHAIN, FLEXIBILITE DES OPERATIONS



Le résultat obtenu montre une certaine homogénéité des axes d'amélioration visés, quel que soit le secteur d'activité. En tête se positionnent les trois axes d'amélioration essentiels : excellence opérationnelle, planification des opérations, flexibilité.
Seule différence notable : le secteur de la distribution a tendance à se focaliser sur les axes « transport » et « logistique », 2ème et 3ème en ordre d'importance après l'excellence opérationnelle. Un résultat logique compte-tenu des contraintes propres à la distribution.



Quelques entreprises apparaissent clairement comme des modèles de Supply Chain comme un facteur clé de compétitivité

Entreprises modèles en Supply Chain

AMAZON ET... DANONE, LES DEUX PREMIERES ENTREPRISES CITEES EN EXEMPLE



Ce palmarès des entreprises citées comme exemples à suivre dans l'utilisation de la supply chain comme facteur de compétitivité apporte quelques surprises. Si la première place obtenue par Amazon était attendue, la proportion élevée des répondants (28 %) citant cette entreprise en premier est frappante.

Seconde surprise : le classement de Danone au 2ème rang de ce palmarès. En effet, Danone n'est pas une entreprise que l'on retrouve souvent citée dans des études de cas ou des publications, alors que c'est bien plus le cas des autres sociétés de ce palmarès telles que Zara ou encore Ikea. Ce classement est d'autant plus remarquable qu'en étudiant le profil des répondants, on voit que les personnes qui citent Danone ne sont pas nécessairement des distributeurs au contact de la marque, ce qui signifie que les performances supply chain de la marque sont très bien perçues par ses pairs en général.


Conclusion



QUELQUES ANALYSES PLUS DETAILLEES SUR LES AXES DE TRANSFORMATION



L'étude Agora/Accenture fait également ressortir quelques données plus fines. Plusieurs enseignements peuvent en être tirés :
  • Les systèmes d'information ne sont considérés comme un levier de transformation majeure que par les entreprises de petite taille. En effet, 51 % de cette catégorie d'entreprise ont cité ce levier, contre 39 % et 29 % respectivement pour les entreprises de taille moyenne et de grande taille. Ce résultat débouche nécessairement sur quelques interrogations : les entreprises de moyenne et grande taille considèrent-elles avoir réalisé assez de progrès dans ce domaine... ou bien au contraire y a-t-il un désenchantement de leur part vis-à-vis des investissements passés ?
  • La flexibilité n'est considérée comme un levier majeur de transformation que par les entreprises de petite et moyenne taille (61 % et 66 %), tandis que les sociétés de plus de 5 Md € de chiffre d'affaires ne sont que 44 % à être de cet avis. Ce résultat peut être interprété comme le fait que ces dernières estiment avoir déjà fait le chemin nécessaire sur ce sujet ou bien reflète-t-il la difficulté à rendre agile des grands groupes.


Etude Supply Chain mentions légales


Contactez notre équipe