Les Interviews de FAQ Logistique > Parole d'Expert > Interview de Monsieur Christian AGASSE, DG PAKi

  PAROLE D'EXPERT

‘‘Nous dématérialisons les palettes’’ C. AGASSE, PAKi

Christian AGASSE, DG PAKi

Interview de Christian AGASSE, Directeur Général de PAKi


Réalisée le 20/06/2013 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique.

Quelles sont les problématiques de vos clients vis-à-vis de la gestion de leurs contenants ? Ces problématiques sont-elles spécifiques à chaque secteur d’activité ?

Christian AGASSE : Nous nous adressons à toute la Supply Chain : Industrie, Transport, Distribution, etc.

Un certain nombre d’attentes sont communes à tous nos clients. Tous souhaitent pouvoir:
- tracer les supports de charge,
- les récupérer,
- fournir la qualité correspondante aux attentes de leurs usines ou de leurs propres donneurs d’ordre.

Mais les besoins peuvent également différer en fonction des clients, en fonction de leurs activités respectives.

Pour les transporteurs, la problématique porte avant tout sur la relocalisation des supports de charge. Ce sont en effet eux que l’on va retrouver à l’origine du flux (point de chargement) et à sa destination (point de déchargement). Ils héritent ainsi de la lourde tâche d’assurer le retour des contenants. Ils doivent donc rendre nombre pour nombre ce qu’ils ont chargé.

Entrepôt Palettes PAKiLes industriels et les distributeurs ont eux des problématiques liées à la disponibilité et à la qualité.

Les industriels ont en effet des impératifs de production. Ils doivent alimenter leurs chaînes pour en assurer la continuité. Il s’agit donc avant tout de sécuriser leurs approvisionnements. Cette problématique de disponibilité est assortie d’une forte exigence de qualité.

Cependant, ils vont généralement déléguer à leurs transporteurs la responsabilité de retourner les palettes ou les conteneurs. Ceux-ci peuvent alors hériter de ces problématiques de qualité et de disponibilité.

Les distributeurs reçoivent de multiples palettes de leurs fournisseurs et transporteurs. Comme eux-mêmes utilisent leur propre circuit secondaire (des bases logistiques vers les magasins), des sous-boucles se créent quotidiennement. Leur souci est d’avoir assez de palettes physiques à rendre aux transporteurs. Ces sous-boucles sont également à l’origine de perte de qualité. Les distributeurs sont alors confrontés à des problématiques de lutte contre la détérioration ou la perte de contenants.

La dernière problématique à laquelle sont confrontés les distributeurs est administrative. Elle est liée à l’émission de chèques palettes et à la gestion des retours. Ils doivent organiser une tâche qui n’est pas core-business. Ils doivent en effet organiser tous les jours sur toutes les bases des retours palettes et assumer l’ensemble des charges administratives qui y sont liées.



Expliquez-nous le concept de relocalisation de palettes et de caisses que vous proposez à vos clients. Quels en sont les intérêts et les modalités d’application ?

Nous permettons à nos clients de limiter leurs immobilisations de capital sur les contenants, activité qui dans la grande majorité des cas ne fait pas partie de leur core-business.

Notre offre permet de relocaliser et de garantir un transfert de qualité sur un périmètre européen.

Concrètement, un chargeur va expédier les marchandises vers une destination. Les palettes se retrouvent donc à cette destination. Si notre client a désormais besoin de ces palettes à l’origine du flux, la méthode classique consiste à demander à son transporteur de charger les palettes vides depuis le point de déchargement pour les ramener au point de chargement initial. Cela est très coûteux économiquement mais également en terme environnemental.

Nous proposons un système de débit/crédit permettant de dématérialiser les palettes. En utilisant un prestataire spécialiste de la relocalisation comme PAKi, le chargeur laisse le prestataire récupérer ses palettes, ce qui lui crée des crédits. Le client utilise ensuite ses crédits pour se faire livrer les palettes là où il en a besoin.

Comment faîtes-vous ?

Notre problématique est d’optimiser notre propre réseau « pooling partners » de manière à combiner les besoins des différents clients ce qui permet de réduire au maximum les kilomètres à vide.
L’efficacité de notre système dépend du maillage, c’est-à-dire du nombre d’acteurs.

Augmenter le nombre de points de collecte et de dépose ouvre plus d’opportunités d’optimisation, de rééquilibrage de réseau et donc in fine d’efficacité.

Prenons l’exemple du secteur agro-alimentaire qui est confronté à un déséquilibre Ouest / Sud Est structurel. La plupart du temps, une fois leur livraison effectuée, le transporteur n’a pas de charge à ramener vers le point d’origine. Il doit au contraire chercher du fret vers une autre destination. Il ne pourra donc pas ramener les contenants à son donneur d’ordre.

Notre service fonctionnant pour tous les secteurs d’activités (agro-alimentaire, industrie, meubles, mécanique, etc.), nous serons plus à même de trouver les contre-flux nécessaires.

Les configurations évoluent tous les jours, cela nous oblige à optimiser quotidiennement notre réseau. De même la saisonnalité est très importante dans notre activité. Par exemple, dans les périodes où il fait chaud, nous allons avoir beaucoup de demandes de sociétés qui transportent des boissons.

Vous insistez sur la dimension européenne de votre société…

PAKi Pooling Partners All Over EuropeC’est en effet un élément important. On est toujours au Sud de quelqu’un ou au Nord de quelqu’un d’autre. S’affranchir de la notion de frontière géographique permet d’optimiser les flux de manière plus efficace.

Par exemple, un transporteur français qui livre Perpignan, si il se limite au périmètre français pourra considérer que ses opportunités de flux retours sont limitées. Il convient au contraire de considérer que Perpignan est proche de Barcelone, ville au départ de laquelle il y a beaucoup d’opportunités de fret.
On peut ainsi trouver des synergies entre des zones géographiques du type : Sud de l’Allemagne / Nord de l’Italie, Est Allemagne / Pologne, etc.

Expliquez-nous la gestion de bons palettes par PAKi

Les bons palettes sont très répandus en Allemagne. C’est également le cas en France dans les domaines des produits frais et de la grande consommation. On peut faire une analogie avec les chèques bancaires. On parle d’ailleurs souvent de chèques palettes.

Concrètement, on émet un chèque lorsque les palettes arrivent à destination. Cela permet au destinataire de ne pas avoir à rendre tout de suite les palettes qu’il a réceptionnées. Le chèque permet ainsi de « reconnaître la dette ».

Le transporteur va collecter les bons palettes. Une fois qu’il aura l’équivalent d’un camion complet, il pourra pour son propre compte aller chercher en une seule fois l’équivalent d’une vingtaine de livraisons.

La base logistique du distributeur y trouvera également un intérêt dans la mesure où plutôt que de charger 20 fois 30 palettes, un seul camion pourra être chargé en une seule fois.

En « désaccouplant » les livraisons de marchandises de la collecte des palettes vides, on donne de la flexibilité à tout le monde. La base peut par exemple demander à ce que les collectes aient lieu en début d’après-midi à un moment où l’activité est plus calme. Cela permet de fluidifier le transit de camions. Nous simplifions ainsi les opérations logistiques.

Enfin, le fait de transformer des palettes physiques en du papier permet d’éviter les pertes de contenants.

A partir du moment où le transporteur a récupéré les chèques palette, il les communique à la banque PAKi afin de les encaisser. Nous sommes souvent présentés comme une banque palettes où la monnaie d’échange est l’euro palette. C’est un service que nous proposons depuis 40 ans.

A quelles typologies d’entreprises, un tel service est-il destiné ?

Le service de base que nous proposons est la relocalisation. Ce service s’adresse plutôt aux transporteurs.
Quand on y ajoute le transfert de qualité, on va soit s’adresser directement aux chargeurs soit aux transporteurs qui pourront ainsi proposer à leurs propres clients un service à forte valeur ajoutée.

Au niveau de la taille des clients, là encore l’analogie avec la banque fonctionne. Comme un établissement ouvre des comptes courants à tout le monde. Tous contribuent ainsi à l’efficacité du réseau. Il n’y a donc pas de taille minimum ou maximum.


Quelles sont vos perspectives d’évolution ? De nouvelles offres sont-elles à prévoir ?

Nous tenons à la fois à augmenter notre couverture géographique et la gamme de produits proposée à nos clients.

En terme de périmètre, nous souhaitons augmenter notre avantage européen. Depuis 7 ans nous avons étendu notre réseau depuis l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse vers le Benelux, la France, l’Espagne, l’Italie et la Pologne. Nous procédons en fait par cercles concentriques. Nous avons ainsi démarré le Portugal fin 2012. Nous commençons désormais avec la Turquie, les PECO et la Scandinavie.

Au niveau des gammes de produits, nous avons d’abord commencé avec la palette Europe qui est le standard le plus reconnu dans le monde entier.

Nous avons un 2ème produit, la caisse grillagée (ou Euro box) qui était jusqu’à présent plutôt concentré sur l’industrie allemande. Depuis 2013, nous le proposons à l’ensemble de nos clients européens.

Depuis fin 2012, nous proposons également les quarts de palettes plastiques qui étaient jusque là un produit de niche, lui aussi utilisé en Allemagne, pour les petits magasins ou pour les opérations promotionnelles. Ce produit devrait connaître une belle croissance en Europe.

Enfin nous développons une solution pour les bases logistiques de la Grande Distribution pour les aider à gérer les bons. Nous avons quelques références dans ce domaine en Allemagne, nous allons désormais la proposer à la Grande Distribution française.




Bio Express


Agé de 49 ans, Christian AGASSE a intégré PAKi en Juin 2007 en tant que Responsable des Ventes France. En 2010, il devient Directeur International de la société. Fin 2011, il prend la Direction Générale de l’entreprise.

Auparavant, il a évolué au sein de l’industrie mécanique (machine-outil) et a également exercé des fonctions chez CHEP Automotive.



 

Contactez notre équipe