Les Dossiers Thématiques > Entrepôt > Intralogistique : outils et bonnes pratiques > Interview de Guylain SERGENT, Responsable Commercial et Avant-Projets chez ALSTEF AUTOMATION.


Dossier thématique consacré à l'intralogistique

  INTERVIEW

‘‘L'approche modulaire d'AUTOSTORE permet de sensibiliser les prestataires logistiques’’ G. SERGENT, ALSTEF AUTOMATION

Guylain SERGENT, Responsable Commercial et Avant-Projets chez ALSTEF AUTOMATION.

Interview de Guylain SERGENT, Responsable Commercial et Avant-Projets chez ALSTEF AUTOMATION.
Réalisée le 03/04/2014 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Intralogistique : outils et bonnes pratiques ».



Présentez-nous Alstef et son activité automatisation.

ALSTEF AUTOMATION est présent dans les métiers de l'automatisation logistique depuis une cinquantaine d'années. Nous avons en particulier été les précurseurs dans la mise en œuvre des transstockeurs automatiques en France.

  Autres contributions

Laurent DEPONT, BA Systèmes
‘‘ Une solution AGV permet avant tout de sécuriser la gestion des flux’’

Emelyne LESTANG, Smurfit Kappa France
‘‘ Le rôle de l'emballage dépasse les seules fonctions logistiques’’

Fabien BARDINET, Balyo
‘‘ Les cycles ont été raccourcis et la nécessité de flexibilité est donc plus grande qu'auparavant’’

Philippe VERNE, Fives
‘‘ Une installation mécanisée ne retire rien à la responsabilité des Hommes ’’

Au cours de son histoire, la société a été intégrée à différents groupes industriels français (ALCATEL, GEC ALSTHOM, ALSTOM)

En 2000, ALSTOM a revendu son activité manutention en Angleterre (850 personnes) et en France (150 personnes) dans le cadre d’un MBO (NDLR : rachat d'une entreprise par ses dirigeants ou ses salariés) avec l’appui de la banque d’Écosse et d’un investisseur GRESHAM TRUST.

En 2006, ce groupe d’investisseurs a revendu les parties anglaises et françaises. En France un nouveau MBO a été constitué.

Tous les membres de la Direction et 50 % des salariés ont alors pris part au rachat de l’entreprise.

En 2011, 20 % du capital a été mis à disposition auprès de deux banques : le Crédit Mutuel CIC et la Société Générale. L’objectif était alors de bénéficier d’un pouvoir capitalistique plus important permettant le rachat d’entreprises et le positionnement sur des projets de plus grandes tailles.

L’offre d’automatisation de la société est aujourd’hui répartie sur deux activités :

  • une première liée à l’automatisation du contrôle des bagages dans les aéroports
  • une seconde pour l’automatisation et la mécanisation de la logistique.

Pour cette deuxième activité, nous avons historiquement axé notre développement sur la manutention de palettes.

Dans les années 1980, nous avons ensuite pris part au mouvement productique français dans la mesure où de nombreux projets de constructions de magasins automatiques apparaissaient.

À partir des années 1990, nous nous sommes concentrés sur l’intelligence de ces systèmes. Nous leur avons associé de nouvelles fonctions. L’objectif était alors de ne plus se contenter d’un magasin automatique pour faire du stock mais de lui associer la notion de préparation de commandes à partir de palettes avec des systèmes de type goods-to-man.

En parallèle, nous avons développé une activité de stockage de bacs pour des produits de moindre gabarit.

Enfin, il y a deux ans, nous avons été retenus par le groupe norvégien HATTELAND comme distributeur en France du produit AUTOSTORE.



Justement, présentez-nous AUTOSTORE. A qui est-il destiné ?

Il s’agit d’un produit orienté vers le stock et la préparation goods-to-man pour des produits qui peuvent rentrer dans des bacs 600x400.

Il est particulièrement adapté aux secteurs de la pièce de rechange et du e-commerce. Il est aussi bien utilisable dans des environnements en température contrôlée qu’en température ambiante.

AUTOSTORE peut s’intégrer dans des bâtiments standards avec des hauteurs de l’ordre de 6 mètres. Cela nous permet ainsi d’automatiser des centres logistiques dont les hauteurs sont relativement basses.

En particulier, AUTOSTORE est performant dans l’automatisation des drives. En effet, aujourd’hui, ceux-ci sont encore peu ou pas mécanisés. Ainsi, autour d’un brevet que nous avons déposé il y a six mois, nous avons développé un concept d’automatisation de drives intégrant un stockage de bacs avec AUTOSTORE.

AUTOSTORE nous permet donc d’offrir une gamme de solutions particulièrement larges alors qu’initialement, nous ciblions les centres logistiques d’ industriels et de distributeurs (nous comptons 350 installations d’automatisation et des références comme CHARAL ou PASQUIER).


A quels types de produits l'AUTOSTORE est-il destiné ?

A tous types de produits. D’autant plus que le bac est partitionnable et qu’il permet donc le stockage des produits de toutes tailles et augmenter la compacité du stock.

D’un point de vue rotation produit, dans la mesure où l’on travaille par piles, le fonctionnement de l’installation fait que, statistiquement, les produits qui ont la plus forte rotation se retrouvent le plus souvent au-dessus de la pile et sont donc les plus rapides d’accès.


Dans quelle mesure votre système permet-il de répondre aux besoins de flexibilité des logisticiens ?

Si on prend le cas des prestataires, on s’aperçoit qu’en Angleterre, nombreux sont ceux qui ont passé la phase de mécanisation et en sont désormais à celle de l’automatisation.

En effet, contrairement à la France, ils peuvent s’appuyer sur des contrats dont les durées sont beaucoup plus longues. Ils sont alors en mesure d’investir dans des solutions automatisées et de les rentabiliser sur un ou deux contrats.

En France, les contrats sont très courts. Il est donc moins fréquent d’installer chez un prestataire un magasin automatique.

C’est la raison pour laquelle l’approche AUTOSTORE constitue une réponse performante aux impératifs de flexibilité. Notre système permet en effet d’entrer dans des bâtiments à partir de 6 mètres de hauteur et est très évolutif.

Lorsque le besoin augmente, il convient simplement de rajouter des colonnes,t des bacs et éventuellement des robots qui empilent et dépilent les bacs.

Par exemple, si on passe de 1.000 lignes à 1.500 lignes à traiter par heure, il suffit d’ajouter des colonnes et des bacs et en parallèle d’adapter le nombre de robots et le nombre de postes de travail.

Cette approche modulaire permet donc sensibiliser le prestataire.


Bio Express

Chez ALSTEF depuis 1991, Guylain SERGENT est Responsable Commercial et Avant Projets de l’activité logistique de l’entreprise. A ce titre il gère l’avant-vente aux niveaux technique et commercial.

Site Internet d’ALSTEF AUTOMATION : www.alstef.com/


Contactez notre équipe