Les Dossiers Thématiques> Innovation > L'innovation au cœur de la supply chain (2016) > Interview d'Henri BERINGER, Directeur Général de Quintiq France

L'innovation au coeur de la supply chain (2016)

  INTERVIEW

‘‘À partir d’une plate-forme unique, Quintiq résout l’ensemble des défis de planification auxquels les clients sont confrontés’’ H. BERINGER, Quintiq France

Henri BERINGER, Directeur Général de Quintiq FranceInterview d'Henri BERINGER, Directeur Général de Quintiq France
Réalisée le 05/02/2016 par Frédéric LEGRAS, Directeur du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « L’innovation au cœur de la supply chain ».


Les enjeux de la supply chain diffèrent-ils en fonction des secteurs économiques ?

La supply chain est de plus en plus élargie. Le terme de supply chain end to end est utilisé lorsque les acteurs aspirent à maîtriser les interactions vis-à-vis des autres intervenants de la chaîne le plus en amont et le plus en aval possible. Mais les enjeux de la « supply chain end to end » sont très différents entre des industries dans lesquelles les flux sont poussés et d’autres où ils sont tirés.


  Autres contributions

Sébastien SLISKI, ZETES
‘‘Dans la supply chain, c’est la combinaison de différentes technologies qui permet d’aller chercher le maximum de productivité ’’

Jérôme BOUR, DDS Logistics
‘‘ L’innovation technique doit arriver sur le marché au moment où celui-ci est prêt à l'utiliser ’’

Évelyne RAYNAUD, a-SIS
‘‘ L’intérêt de l’innovation réside dans son application au métier ’’

Michel WATERSCHOOT, Descartes
‘‘ Descartes a apporté une vision novatrice dans l’approche du monde de la logistique ’’

Thomas AMSTOUTZ, Packsize
‘‘ Packsize propose un système Packaging as a Service ’’

Flux poussés :


S’il est plus confortable de lancer des cycles de fabrication une fois que les besoins remontés par l’aval de la chaîne ont été fermement confirmés, cela n'est pas applicable à tous les secteurs. La configuration de la supply chain doit alors être adaptée. Illustrons ce point avec les cas des industries agroalimentaire et métallurgique.


   > Industrie agroalimentaire :

Dans l’industrie agroalimentaire, la supply chain est conditionnée par ce qui est fabriqué en amont. L’enjeu, pour les coopératives agricoles par exemple, est d’exploiter au mieux la matière première. L’optimisation de son utilisation permettra d’améliorer les revenus et les marges de l’ensemble des acteurs de la chaîne.

Cela nécessite une anticipation fine des pratiques de consommation sur des horizons relativement longs même si l’entreprise en question n’est pas directement en contact avec les clients finaux. La coopérative agricole devra tendre vers la vision la plus globale possible lui permettant de prendre les meilleures décisions dans le respect de ses négociations commerciales avec les distributeurs en aval.



   > Industrie métallurgique :

Dans l'industrie métallurgique, les acteurs doivent parfois opérer des « paris » sur leur production. La longueur des temps de cycle ne permettant pas toujours de fabriquer uniquement sur commande, il faut prendre des décisions sur les niveaux de stocks.



Flux tirés :

Dans des situations de flux tirés au contraire, la supply chain est pilotée par l’aval.


   > Industrie du béton :

Prenons le secteur du béton, le produit doit être livré au bon moment pour ne pas risquer de bloquer l’activité du client (par exemple un chantier). C’est la forte contrainte de disponibilité en temps et en heure et sa répercussion sur le transport qui seront critiques pour mesurer la performance de la supply chain. Celle-ci peut être structurée par le rythme imposé des livraisons.


   > Collaboration

Dans une situation de flux tirés, la collaboration entre clients et fournisseurs peut être particulièrement profitable. Par exemple, la gestion de stocks déportés permet d'améliorer l'efficacité de la supply chain dans son fonctionnement. Notre client Air Products qui fournit en particulier de l’oxygène médical aux hôpitaux, connaît ainsi le niveau des réservoirs installés chez ses clients. Il a la responsabilité de les réapprovisionner avant toute situation de rupture de stock.

Le fournisseur pourra lui-même déterminer la probabilité de passer sous le stock minimum et optimiser ses opérations en fonction. Il pourra par exemple combiner la livraison de son client avec une autre livraison à proximité et économisera ainsi un nombre important de kilomètres.

Le partage des informations sur les stocks permet ici d’améliorer la performance du transport.


En quoi les solutions Quintiq permettent-elles d’optimiser les différentes situations que vous venez de décrire ?

Quintiq est une filiale de Dassault Systèmes. Nous comptons près de 1.000 collaborateurs dans le monde (une trentaine en France). À partir d’une plate-forme unique, nous résolvons l’ensemble des défis de planification auxquels nos clients sont confrontés.

L’architecture de notre logiciel permet de coller aux besoins de chacun avec des solutions dédiées. Nous pouvons modéliser finement les contraintes et règles métier à tous les horizons, géographiques ou temporels. Nos solutions sont destinées à gérer aussi bien les niveaux tactiques qu’opérationnels.

Notre périmètre d’intervention concerne en particulier :
- la collecte d’informations
- la prévision
- la modélisation
- et l’ordonnancement


Collecte d’informations :

Nous proposons à chaque acteur de la supply chain end to end de capturer toutes les informations qui vont lui permettre de maîtriser son rôle dans cette supply chain. Si l'information est manquante, nous la complétons avec des outils de prévision.


Prévision :

À partir de l’information collectée et en prenant en compte des inducteurs, notre solution assiste les entreprises dans leurs prévisions.

Prenons la demande finale. Alors qu’elle peut être estimée avec une grande précision sur des horizons relativement courts, en agrandissant l’horizon, l’acteur peut être confronté à une « myopie intrinsèque ».  

Notre solution d’analyse prédictive permet de prévoir la demande à plus ou moins long terme, mais également d’analyser et prévoir de nombreuses données clefs de l’APS (temps de traitement, niveaux de pertes, temps de déplacement,…). Cela permet d’anticiper l’incertitude de certaines données et les risques associés.

Il est également possible d’y voir une solution de fixation des prix et d’optimisation du revenu, tenant compte de l’élasticité observée de la demande relativement au(x) prix.


Modélisation :

Une fois les données collectées et les prévisions établies, il est possible de modéliser la supply chain, ses capacités, ses coûts, etc. grâce à l’application de notre modèle scientifique.

À partir de ces modélisations, on peut prendre des décisions sur :

- les moyens et évolutions qu’il convient d’engager (moyens de transport, ajout d'un entrepôt intermédiaire pour regroupements, renforcement de la capacité de production, etc.),
- comment optimiser l’ensemble des flux à travers la supply chain,
- Etc.


Ordonnancement :

Nos solutions permettent enfin d’ordonnancer les opérations de manière à ce que l’outil de production soit utilisé au mieux, toujours en tenant compte des aléas. C’est par exemple ce que nous faisons dans le secteur de la métallurgie pour la société Ruukki.

Notre outil réalise un schedule fin de toute la chaîne de fabrication permettant le pilotage de l’ensemble de la supply chain, sans créer de silos. Il propose en effet des solutions limitant les effets de bord négatifs sur d’autres composantes de la supply chain.

Dans la logistique intermodale, le départ d’un bateau ou d’un train nécessite une synchronisation fine avec d’autres flux logistiques. Pour le transport de vrac notamment, les bateaux sont de différents types, ils occupent une surface à quai différente et nécessitent l’utilisation d’outils de chargement / déchargement spécifiques. Des perturbations sur le planning, liées par exemple à des aléas météorologiques, ont des effets considérables sur les acteurs de la chaîne situés en amont et en aval du flux en question. Cela peut en particulier perturber la livraison finale de clients qui sont de plus en plus exigeants.

Une des forces de notre logiciel est d'être capable, tout en tenant compte d’un grand nombre de contraintes, de synchroniser tous les acteurs et de réorchestrer l'ensemble des opérations de façon à rester efficace. Notre logiciel proposera le meilleur compromis possible entre les aspects coût et qualité de service. Il optimisera au mieux les ressources mobilisées par cette opération logistique complexe. La solution sera communiquée (propagée) très rapidement aux différents acteurs co-planificateurs. Ceux-ci bénéficieront d’une visibilité en temps réel sur l’ensemble des opérations.



Comment faire collaborer et partager de l’information à des acteurs dont les intérêts peuvent paraître contraires ?

La recherche d’une relation de type gagnant - gagnant constitue un prérequis à la mise en place d’une collaboration efficace. 

Quintiq permet à deux acteurs de co-planifier, et se synchroniser sur un seul et même planning. Par exemple entre chargeur et transporteur ou entre producteur et client. Il peut donc y avoir un même planning partagé entre les différents acteurs de la supply chain. 


Exemple de collaboration d’un chargeur avec ses transporteurs : 

En mettant en place les conditions d’exploitation favorables pour ses transporteurs, le chargeur sera en mesure de récupérer une partie de la valeur créée. Par exemple, en bénéficiant d’une vision large sur ses flux, il peut créer des croisements de flux efficaces qui permettront de limiter le nombre de kilomètres à vide effectués par ses transporteurs.

En fournissant des plannings les plus optimisés à ses transporteurs, le chargeur sera en mesure de renégocier les éléments tarifaires.


Quels sont les profils des utilisateurs des solutions Quintiq ?

Notre logiciel est utilisé par le métier, par les gens qui prennent les décisions de planification. Il peut s’agir de directeurs industriel ou production, de planificateurs, d’ordonnanceurs, de responsables transport, de profils opérationnels, etc.

Il peut également être utilisé par le commerce ou le marketing. C’est par exemple le cas chez un client fabricant de parebrises. En tant que fournisseur automobile, il a besoin de prévoir les ventes de voitures de ses propres clients. Nos solutions sont utilisées pour, à partir d’indicateurs marché, établir des prévisions d’activité. 

Avec notre logiciel, les utilisateurs bénéficient d’un très grand degré de liberté. Ils sont autonomes dans la façon de traiter et de voir la donnée. Quand il s’agit d’utiliser des fonctions plus complexes nécessitant l'utilisation de formules mathématiques, le relais peut être pris par des key users ou par l’informatique interne de notre client.

Quant à l’intégration de la solution Quintiq avec le reste de l'informatique de l'entreprise, elle est à notre charge.


Jugez-vous que les entreprises qui vous sollicitent ont généralement une vision claire de leurs besoins et de leurs attentes vis-à-vis de vos solutions ?

Elles ont une vision claire de leurs besoins, qu’ils soient dans la qualité de service au client ou l’efficacité opérationnelle.

Définir comment mieux prendre les décisions afin d’améliorer ces indicateurs de performance est généralement plus complexe. Cela peut concerner les données, c’est-à-dire s'assurer que le système est alimenté avec les bonnes données, les obstacles de conception d’une solution ni trop complexe ni pas assez précise, etc.

Quintiq conçoit des applications sur-mesure parfaitement adaptées au contexte de ses clients, pour répondre uniquement et précisément à leurs besoins. Nos clients rencontrent des défis de planification uniques sur des systèmes industriels toujours plus complexes et étendus. Il s’agit d’y apporter une réponse dédiée.


Bio Express :

Henri BERINGER est Directeur Général de Quintiq France depuis 2012. Sa mission est de faire bénéficier les entreprises des pays francophones de solutions innovantes de planification et d’optimisation des opérations.

Avant d’intégrer Quintiq, il a occupé différents postes de direction dans l’édition de logiciel. Il a notamment été Directeur R&D optimisation chez IBM et Directeur du département Conseil en optimisation d’ILOG. Il a également cofondé Temposoft, un éditeur de logiciel d’optimisation des ressources humaines acquis par Oracle.

Au début de sa carrière, Henri BERINGER a fait de la recherche en Intelligence Artificielle, en France et au Canada, avant de se spécialiser dans l’optimisation. Diplômé de l’Ecole Polytechnique, de Telecom Paris Tech, il détient un doctorat en Intelligence Artificielle.

Site Internet de Quintiq : www.quintiq.fr/


Contactez notre équipe