Les Interviews de FAQ Logistique > Interview de Mr Frédéric D’ORSAY, TSC Auto ID

‘‘Les grands logisticiens internationaux trouvent chez TSC une couverture globale de qualité avec des prix compétitifs’’ F. D’ORSAY, TSC AUTO ID

Mr Frédéric D’ORSAY, Directeur Commercial Europe du Sud de TSC Auto ID

Interview de Mr Frédéric D’ORSAY, Directeur Commercial Europe du Sud de TSC Auto ID
Réalisée le 05/12/2012 par Frédéric LEGRAS, Directeur de FAQ Logistique.

Monsieur D'ORSAY nous présente l'activité de TSC Auto ID, fabricant d'imprimantes thermiques. Il évoque en particulier la politique commerciale de son entreprise, politique qui permet aux intégrateurs d'apporter un service de qualité aux clients finaux.


Présentez-nous TSC Auto ID. Dites-nous en particulier quelles sont vos activités en Europe et en France.


Frédéric D’ORSAY : TSC (Taiwan SemiConductor) est une société taïwanaise, créée en 1979, cotée en bourse, qui produisait à l’origine des composants électroniques (semi-conducteurs, diodes, transistors, etc.).

En 1991, ELTRON (intégré à ZEBRA à la fin des années 1990), fabricant d’imprimantes de table, confie à TSC la production de ses premières imprimantes. Cela fait donc plus de 20 ans que TSC fabrique des imprimantes.

En 2008, TSC dont le cœur de métier demeure la production de composants électroniques a procédé à un spin-off de son activité de fabrication d’imprimantes et a donc introduit TSC Auto ID Technology à la bourse de Taiwan. Sur la bourse de Taiwan sont donc présentes la société TSC pour les composants électroniques et la société TSC Auto ID pour les imprimantes thermiques. L’actionnaire principal de TSC Auto ID Technology demeure TSC mais les deux activités sont bien séparées.

Imprimantes TSCTSC Auto ID Technology est vraisemblablement le 6ème fabricant mondial. Nous espérons pouvoir atteindre la 5ème place à la fin de l’année prochaine. Nous sommes d’ailleurs le constructeur qui affiche la plus forte croissance. C’est en particulier le cas en Europe avec une croissance de 30% en 2012. Cela nous permet d’être probablement 5ème en Europe avec là également l’ambition d’ atteindre la 4ème place à la fin 2013. Enfin sur le marché français, nous estimons être en 4ème position.

Nos imprimantes sont produites dans nos usines à Taiwan et en Chine.

Nous proposons nos produits aux clients finaux via un réseau d’intégrateurs partenaires à travers des grossistes.

Nous fabriquons également certains modèles d’autres constructeurs en qualité d’OEM (NDLR : Original Equipment Manufacturer). Cela représente aujourd’hui, un tiers de notre activité. Nous travaillons d’ailleurs avec certaines des marques les plus prestigieuses au monde.

Notre qualité de produit est remarquable dans la mesure où nous y sommes « condamnés ». En effet, toutes les machines que nous introduisons sur le marché (en nom propre ou à travers d’autres constructeurs) représentent en fait une vitrine de notre savoir-faire. Nos produits sont d’ailleurs garantis 2 ans.

Notre gamme est très complète. Elle commence à 50 millimètres de large (2 pouces) avec le modèle TDP-225 et finit avec des imprimantes de 200 millimètres de large (8 pouces).

Quels sont les secteurs que vous équipez ?

N’importe quelle société qui doit envoyer un minimum de 200 colis / jour peut être amenée à utiliser une imprimante thermique. Aussi bien des grands prestataires logistiques que des entreprises manufacturières.

Il s’agit d’ailleurs souvent d’entreprises qui fabriquent un produit et qui doivent l’expédier. Elles vont en effet devoir positionner une première étiquette au moment de la fabrication du produit puis une deuxième étiquette au moment de l’expédition qui sera elle placée sur le contenant.

Nous nous adressons également au secteur de la santé. Il peut s’agir par exemple de l’étiquetage de flacons pour les prises de sang ou de la fourniture de bracelets thermiques.

Sur les secteurs du transport et de la logistique, quelle sont vos cibles commerciales ?

Nous jouissons d’un réseau, d’une politique et d’une organisation qui nous permettent d’offrir aux grands comptes internationaux un service performant sur l’ensemble de leurs implantations. Cela nous permet d’être présents sur des comptes comme PANALPINA ou DHL.

On observe que ces grands logisticiens internationaux trouvent chez TSC une couverture globale de qualité avec des prix compétitifs.

Un des grands succès de l’an dernier a été la conquête du compte HERMES en Allemagne. Nous équipons les agences de ce logisticien de 14 000 imprimantes. Il s’agit d’agences dans lesquelles les consommateurs peuvent envoyer et récupérer leurs colis.

Nous considérons pouvoir proposer une offre de grande qualité aux grands noms de la logistique qui trouvent chez nous une réponse pertinente sur l’ensemble de leurs besoins en étiquetage. Cela leur permet de ne pas avoir à traiter avec plusieurs fabricants pour l’activité d’un même magasin ou dépôt.

Les acteurs plus modestes ont également un vrai intérêt à nous solliciter. Ils trouvent chez nous des produits bien placés en prix. A qualité égale, nous sommes généralement plus compétitifs que nos concurrents.

Je l’ai évoqué en début d’entretien, entre le client final et nous, il y a l’intégrateur. Nous avons su séduire certains des grands noms de l’intégration en France. La politique commerciale que nous avons mise en place leur garantit en effet des bénéfices qui leur permettent de continuer à exercer sereinement leur métier et à apporter un service de qualité au client.

Aujourd’hui, il convient d’intégrer qu’il n’y a plus de mauvais produits sur le marché. La politique commerciale envers les intégrateurs est donc un vrai levier. Il est donc primordial pour nous de préserver les bénéfices de nos partenaires qui mettent en place nos imprimantes chez les utilisateurs finaux.



Quel bilan de l’année 2012, dressez-vous?

Notre bilan est très bon puisque nous bénéficions d’un taux de croissance de 30% en Europe et de 20% sur l’ensemble du Monde. L’Europe semble répondre de manière particulièrement positive à notre offre.

En temps de crise, les clients sont attentifs aux choix qu’ils ont pu faire précédemment. Ils consacrent plus de temps à la sélection du matériel. TSC peut alors leur apparaître comme un choix astucieux.

Notre croissance est en fait « boostée » par le fait que beaucoup de clients remettent en cause des choix anciens effectués avant la crise. La sensibilité au prix devient encore plus importante.

Et au niveau des innovations ? Qu’avez-vous prévu chez TSC ?

Il y a un secteur d’activité dans lequel nous étions peu présents : celui de l’imprimante thermique portable. Il s’agit par exemple d’imprimantes qui peuvent être utilisées par les opérateurs dans un entrepôt, accrochées à leurs ceintures. Elles leur permettent d’aller réétiqueter des références, d’intervenir sur place, etc.

En Septembre 2012, nous avons lancé un premier modèle (Alpha 3-R) qui est une imprimante de ticket de 3 pouces de large.

Avec ce type d’imprimantes, la fiabilité est primordiale. En effet lorsque l’opérateur est en opération, il est indispensable qu’il puisse effectuer son travail sereinement sans avoir à revenir à sa base pour remédier à une éventuelle défaillance de son équipement.

Nous lancerons au 2ème trimestre 2013, le modèle Alpha 4-L pour lequel nous espérons un grand succès.

Nous travaillons également sur une imprimante industrielle dans le très haut de gamme. Il s’agit du modèle MX-240 que nous devrions lancer l’an prochain. Elle visera des conditions de travail particulièrement extrêmes et sera destinée aux marchés de l’agroalimentaire, de l’industrie lourde, de la sidérurgie, etc.


Bio Express


Ingénieur de formation, Frédéric D’ORSAY entre dans le monde de l’identification automatique en 1991 au sein de la société française IMAJE, spécialisée dans l’impression jet d’encre.

Pour le compte de cette entreprise, il rejoint les Etats-Unis pour assurer un support technique aux distributeurs en Amérique Latine.

En 2004, il rejoint le grossiste espagnol IMPULS dont la spécialité est l’identification automatique. Il y assure la Direction de la filiale en Floride avec une activité importante en Amérique du Sud.

Dans le cadre de ces fonctions, il y commercialise à partir de 2006, les produits TSC avec succès.

Début 2008, il prend la Direction Générale du groupe (entre-temps acquis par le grossiste américain BLUESTAR). A cette occasion, il introduit les produits TSC sur les marchés français et espagnols.

En 2011, il rejoint TSC où il a pour mission de mettre en place la politique commerciale sur la zone Europe du Sud.

 

Contactez notre équipe