Les Dossiers Thématiques > Transport > Ecotaxe > Interview de Monsieur Patrice SALINI, Economiste et Consultant indépendant expert en transport

Chargeurs et transporteurs : tous prêts pour l'Ecotaxe ? - FAQ Logistique

  INTERVIEW

‘‘La forme choisie par l’Ecotaxe et sa répercussion est extraordinairement complexe par rapport à une simple majoration de charge venant par exemple de la taxation des carburants, qui peut avoir strictement le même type d’effet’’ P. SALINI

Interview de Monsieur Patrice SALINI, économiste et consultant indépendant expert des sujets transports
Réalisée le 28/05/2013 par Carmen NEIRA, Responsable Editorial du Portail FAQ Logistique dans le cadre du dossier thématique « Chargeurs et transporteurs, tous prêts pour l'Ecotaxe ? ».



Quels sont les objectifs de l’Ecotaxe ?

Le seul objectif certain c’est de trouver de l’argent. Tout le reste relève de « désirs », de souhaits plus ou moins réalistes. Des trois objectifs du grenelle en la matière, deux sont peu réalistes, et le troisième hypocrite puisque les ressources nouvelles viennent en remplacer d’autres.

La posture actuelle « d’inciter les chargeurs à privilégier d’autres modes de transport et à rationaliser l’organisation du transport routier de marchandises » ne sera effective que pour le seconde dimension : l’organisation du TRM, ou la pression des chargeurs en faveur de cette réorganisation. Le report modal suppose on le sait, un offre alternative compétitive avant tout !


  Autres contributions

Hélène KERJEAN, Akanea Développement
‘‘ On va demander aux entreprises de transport de devenir de véritables gestionnaires ’’

Philippe LASSAUCE, Axxès
‘‘ L’utilisation d’une SHT sera bénéfique pour la trésorerie des transporteurs ’’

Alain BORRI, bp2r
‘‘ L’introduction de cette taxe est l’occasion de remettre à plat l’organisation du transport ’’

Alain SAMSON, Hardis
‘‘ Un certain nombre de transporteurs et de chargeurs seront amenés à renégocier les tarifs transport en 2013 et 2014 ’’

Guillaume CUNTY, DKV
‘‘ Le choix d’une SHT dépend à la fois du type de boîtier et des services à valeur ajoutée que chacune va être en mesure de proposer ’’

Dominique MAZIERE, GEFCO
‘‘ Nous avons un rôle d’information et de conseil à tenir auprès de nos clients et transporteurs ’’

A lire également

Nos voisins allemands ont mis en place une taxe similaire il y a quelques années. Quel bilan peut-on tirer de cette expérience ?

On a effectivement levé de l’argent. Pour le reste les études faites lors de son introduction ont montré que ça ne changeait pas grand chose. Sauf, parfois la géographie des flux. D’où la réaction des alsaciens par exemple. On a vu aussi un impact probable favorable à la productivité du transport routier.


Pour les transporteurs quel sera l’impact économique de cette taxe? Peuvent-ils le limiter ?

Il est théoriquement mécanique, et au surplus encadré par des taux forfaitaires indépendants des itinéraires. Les transporteurs doivent théoriquement appliquer les textes, et ont, économiquement intérêt à répercuter au moins ce qu’il leur en coûte. Reste à savoir comment cela se passera dans les faits, et comment ils organiseront leurs trajets. Certains transporteurs et leurs organisations considèrent que les choses n’iront pas d’elles-mêmes.

Chemin faisant on a dénaturé l’idée de départ. En deux temps : en décidant des formes de répercussion, puis en replaçant tout ça par des majorations forfaitaires.



Et pour les chargeurs ?

La réponse est dans le point d’interrogation ci-dessus. Mais je ne vois pas les chargeurs ne pas prendre au pied de la lettre les objectifs affichés : on doit majorer les coûts, eh bien rationalisons le transport pour les diminuer ! Et là, ça dépend des chargeurs eux-mêmes comme des transporteurs, et bien sûr de l’équilibre ou du déséquilibre du marché. On oublie en effet, que réglementation ou pas – et le code des transports est bavard sur les prix – une cotation résulte d’une confrontation entre offre et demande.


Quels seront les impacts en termes d’organisation et de processus pour les transporteurs ?

Théoriquement il faudrait chercher à anticiper sur la pression des chargeurs, ou, c’est identique, rechercher un avantage compétitif sur des concurrents. Il y aura donc une accélération – modérée - de la recherche de productivité. Encore faut-il qu’elle soit vertueuse, c’est à dire qu’elle ne se traduise pas par une augmentation de la sous-traitance, le recours au marché spot, ou la pression sur les conditions de travail.

Par ailleurs, il faut rappeler que la forme choisie par l’Ecotaxe et sa répercussion est extraordinairement complexe par rapport à une simple majoration de charge venant par exemple de la taxation des carburants, qui peut avoir strictement le même type d’effet. L’avantage ici c’est de territorialiser le prélèvement dès lors qu’on évite les routes à péage. Il est dommage qu’on n’ait pas profité de l’instauration de l’Ecotaxe pour modifier le mode de calcul dans le secteur de certaines charges sociales pour dégager un peu de compétitivité au transport routier français.


Bio Express

Patrice SALINI est économiste des transports, dynamicien des systèmes et consultant expert en Transport. Monsieur SALINI est un ancien Professeur Associé à l’Université Paris 4 Sorbonne.

Auteur d’environ 250 études, articles et ouvrages.
Ancien Directeur de l'Observatoire Économique et Statistique des Transports (O.E.S.T. Ministère chargé des transports)
Ancien Directeur du Cabinet du Secrétaire d'État aux Transports

Site Internet de Patrice SALINI : Patrice SALINI


Contactez notre équipe