Actualité > Heppner consolide l'approvisionnement des magasins Saturn

Publication de CP
Trouvez un fournisseur (éditeur, prestataire, conseil, entrepôt, etc.)
Newsletter FAQ Logistique

Aslog

C'est dans son entrepôt de Châtres qu'Heppner, première société indépendante de Transport et de Logistique en France, a installé le centre de consolidation des flux d'approvisionnements des magasins Media Saturn en France. Un modèle qui s'apparente à celui des CCC (Centres de Consolidation et de Collaboration) mis en place par Carrefour, sans pour autant le calquer. À suivre...

On dit que le plus grand magasin du monde de produits électroniques est à Hambourg : l'espace de vente de Saturn gère quelque 100 000 références réparties sur environ 18 000 m². C'est un des magasins du groupe international Media Saturn Holding, filiale de Metro AG, le leader européen de la distribution de produits électroniques et électroménagers grand public (produits blancs, produits bruns, accessoires) avec deux enseignes : Saturn et Mediamarkt. C'est aussi 818 magasins dans 16 pays avec 2,2 millions de mètres carrés de surfaces de vente, 277 millions de clients à travers l'Europe, 56 199 employés et 19,693 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2009. Aujourd'hui, le groupe poursuit son expansion à l'international.

Dix ans après l'ouverture du premier magasin en France, Media Saturn France compte 33 points de vente Saturn, totalisant plus de 110 000 m² de surface de vente et 2 100 emplois, et réalise un chiffre d'affaires net de 567 M€ en fin 2008. Le groupe envisagerait d'ouvrir un autre magasin cette année en France, d'annoncer l'ouverture de 8 magasins dès l'année prochaine, et de 8 autres en 2012, constituant une chaîne d'une cinquantaine de magasins dans la France de la fin 2012.

La région parisienne n'est au demeurant pas en reste, puisque le centre commercial Domus (Rosny-sous-Bois, Seine-Saint-Denis) accueille depuis le 29 octobre 2009 le plus grand magasin d'électrodomestique en France (14 000 m², dont 12 000 m² réservés à la vente, le reste étant dédié aux activités administratives, à la réserve, et à la structure logistique) : il est le second en Europe derrière celui d'Hambourg.



> Le projet PAXD pour grouper les approvisionnements

C'est à Châtres, dans la ZAC du Val Breon, à la mi-février 2010, qu'Heppner a implanté un pilote logistique, chargé de l'approvisionnement des magasins Media Saturn en France : tel est l'objectif du projet PAXD ou Pre-Allocated Cross-Docking (cross-docking de commandes préalloties). S'il donne satisfaction, il est appelé à être dupliqué dans d'autres pays d'Europe. « Nous avons commencé avec deux fournisseurs, l'un dans le domaine de la télévision, l'autre en téléphonie domestique », se remémore Patrick Roman, responsable logistique de l'entrepôt Heppner à Châtres : « aujourd'hui, ce sont les produits de quelque 12 fournisseurs qui sont présents sur notre plate-forme, parmi lesquels, pour les plus connus et drainant les plus forts volumes : Bosch & Siemens, Electrolux, Samsung, SEB, …. Au total, 400 fournisseurs alimentent les magasins Media Saturn. À terme, 70 % de ceux-ci
devraient transiter par cette même nouvelle voie
».

Les magasins Media Saturn, localisés dans l'hexagone, sont des centres de profit décentralisés, libres de s'approvisionner auprès des 400 fournisseurs référencés... Dans un schéma classique de distribution, ils se faisaient livrer leurs commandes, l'absence d'infrastructures logistiques ayant pour conséquence l'encombrement des quais de réception, des livraisons au mauvais moment...

Le projet PAXD doit permettre de s'affranchir de ces difficultés et de livrer les marchandises (en quantités moindres certes) d'une multitude de fournisseurs afin de satisfaire pleinement les commandes effectuées individuellement par les magasins. Dès lors, l'équipe logistique de chacun de ces sites n'aura donc plus à s'affairer autour du déchargement d'un grand nombre de camions livrant une ou plusieurs palettes, mais d'un seul camion complet.

« Nous traitons sur Châtres des commandes pré-alloties », précise Patrick Roman : « en effet, chaque fournisseur continue de recevoir ses commandes comme avant : rien ne change, exceptées les livraisons à jour et heure fixes sur l'entrepôt».

Les fournisseurs n'ont donc plus à livrer 33 magasins en France : ils regroupent les marchandises à livrer en un lieu unique, en l'occurrence la plate-forme logistique de Heppner à Châtres qui va se charger ensuite d'effectuer l'éclatement des palettes vers les 33 magasins Media Saturn.



> L'organisation logistique des approvisionnements des magasins

A Châtres, Heppner dispose d'une plate-forme logistique multiclients de 20 000 m², constituée de 3 cellules de 5 600 m², auxquels viennent s'ajouter des box pour le stockage des matières dangereuses. Ce bâtiment de 13 mètres de haut, permet de stocker des palettes jusqu'à 10,68 m du sol. L'une des cellules est aujourd'hui dédiée à Media Saturn. Elle offre environ 3 000 m² d'emplacements de stockage de masse (au sol), l'autre moitié de la cellule étant constituée de racks autorisant le stockage de quelque 2 900 palettes, voire la constitution de stocks de débord (pour Domus notamment).

De plus, cette installation « nouvelle génération » répondant aux exigences environnementales, est équipée de systèmes de sécurité des plus pointus et dispose notamment d'un système de vidéosurveillance complet.

«A ce jour, encore nombreux sont les magasins qui travaillent déjà avec un prestataire logistique », admet Patrick Roman : « à titre d'exemple, nous recevons les marchandises destinées à Domus, que nous expédions à son prestataire qui à son tour assure la livraison finale... La situation n'est pas optimisée ». Il est clair que le schéma idéal serait celui d'un centre de consolidation assurant la livraison directe aux magasins : il n'y aurait alors plus de coût de transport, puisque celui-ci serait déjà intégré dans le contrat PAXD. « Aujourd'hui, nous confie notre interlocuteur, seuls deux magasins Media Saturn nous demandent d'effectuer leurs livraisons sur leurs plates-formes logistiques... Nous livrons directement tous les autres magasins ».

Initialement, deux livraisons par semaine sur chaque magasin avaient été envisagées. Avec l'augmentation des volumes traités, Heppner en réalise trois par semaine.

Concrètement, Heppner consolide sur son entrepôt de Châtres les flux provenant des fournisseurs de sorte à pouvoir les livrer groupés aux magasins. Demain, une autre organisation pourrait être imaginée : celle qui consisterait pour Heppner à enlever la marchandise chez les fournisseurs puis à livrer directement les magasins en s'affranchissant du passage par la plate-forme.

Par conséquent, il n'y a pas vraiment de stock avancé sur le site de Châtres. La plate-forme d'Heppner ne réceptionne que les marchandises déjà commandées par Saturn, en assure la consolidation, puis leur ré-éclatement vers les magasins à l'instar d'une plate-forme de cross-docking. À l'évidence, certains événements sont toutefois générateurs de très fortes ventes et donnent lieu à des livraisons par palettes complètes. Tel a été le cas des téléviseurs (LG, Panasonic, Philips, Samsung, TCLThomson) au moment de la Coupe du Monde de football, ou encore des PC portables et moniteurs au cours de l'été ("back-to-school", en prévision de la rentrée des classes), des matériels électroniques (lecteurs de DVD...) ou du petit électroménager avant la fête des mères... « À cet égard, admet Patrick Roman, pour ne pas prendre la responsabilité d'intervenir sur la préparation réalisée en amont, nous ne touchons pas les palettes complètes avec la bande de garantie du fournisseur». Certains fournisseurs (la téléphonie domestique...) livrent leurs produits en vrac : « dans ce cas, nous assurons alors la répartition des colis par magasin, chaque colis étant susceptible d'être déposé sur la palette d'un autre fournisseur de façon à optimiser le plan de chargement et le plan de transport ».



> La plate-forme Heppner de Châtres

La zone au sol de la cellule vouée à Media Saturn est divisée en travées, chacune de celles-ci étant dédiée à un magasin au moment de la réception des marchandises (il n'y a pas d'emplacement fixe de stockage). En parallèle, dans un souci d'optimisation du plan de transport, les produits bruns et blancs peuvent être séparés et donc positionnés dans deux travées différentes. Au fur et à mesure de la réception des marchandises, celles-ci sont déposées dans les travées correspondant aux magasins destinataires, lesquels étant livrés à jour et heure fixes dans la limite des heures d'ouverture de chaque travée. Si une travée est pleine avant l'heure de clôture, une deuxième est ouverte pour un second camion à destination de ce même magasin. Dès lors, un rendez-vous est pris pour la réception de ce second camion de livraison.

Lorsqu'une travée est fermée, une autre travée est alimentée par le flux qui continue d'être déversé par le fournisseur, tandis que le transport est organisé en aval par Heppner Le processus est donc relativement simple, mais efficace. Pour l'optimiser encore davantage, les marchandises destinées aux magasins du sud de la France (servis en 48 heures) sont livrées en priorité par les fournisseurs. Viennent ensuite les magasins de province, puis ceux de la région parisienne. Par ailleurs, en cas de rupture de stocks résultant de très fortes ventes, le magasin passe une commande urgente aux fournisseurs concernés. Ceux-ci livrent au plus vite l'entrepôt de Châtres qui satisfait au mieux la demande de ce magasin.

Certains articles peu volumineux sont susceptibles d'être approvisionnés en conteneurs complets et dont la ventilation pourrait s'effectuer sur la plate-forme. Pour ce type de fret, il s'agit d'un nouveau process, baptisé BBXD (Break Bulk Cross-Docking).

À l'évidence, la mutualisation des transports permet de réduire les distances parcourues, agissant sur les émissions de gaz à effet de serre, tout en diminuant les coûts logistiques, et ceux de transport grâce à l'optimisation des chargements, comme les coûts de manutention, les frais administratifs. À charge pour Heppner, demain, d'évaluer ces gains...

Jean-Claude Festinger
www.aslog.org



FAQ logistique est un média relayant les actualités des secteurs transport, logistique et supply-chain. Les communiqués de presse publiés sur FAQ Logistique ne sont pas rédigés par nos équipes mais directement par les sociétés qui souhaitent les diffuser sur notre site.

FAQ logistique ne peut donc en aucun cas être considéré comme responsable de leurs contenus. Pour toute question relative à un communiqué, nous vous invitons à vous rapprocher directement de la société concernée.



Contactez notre équipe